×
5 002
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
14 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Italien Aeffe toujours en perte en 2013

Publié le
14 mars 2014

Aeffe affiche pour 2013 un chiffre d’affaires de 251,1 millions d’euros en ligne avec celui de 2012 (-1,2 % à taux de change courant, +1,2 % à taux de change constant), annonce-t-il dans un communiqué à l’occasion de la publication de ses résultats.

Le groupe de mode italien, actif sur le secteur du prêt-à-porter, qui détient les griffes Alberta Ferretti, Moschino et la marque de chaussures Pollini, creuse par ailleurs sa perte nette, qui passe de 3 millions d’euros en 2012 à 3,2 millions en 2013.

La campagne publicitaire d’Alberta Ferretti


Aeffe voit aussi son résultat opérationnel (Ebit) reculer de 31,7 %, à 6 millions d’euros, contre 8,8 millions un an plus tôt. L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) a également diminué de 9,6 % en passant de 22,8 millions d’euros en 2012 à 20,6 millions l’an dernier, en raison notamment des coûts engendrés par la relance de Philosophy, la deuxième ligne d’Alberta Ferretti, et par le développement des nouvelles licences Ungaro et Cédric Charlier, explique Aeffe, assurant que "les effets bénéfiques de ces actions se feront sentir à partir de 2014".

Le groupe a, en effet, engagé d’importants investissements en renouvelant totalement sa proposition créative avec les nouveaux projets de licence de Cédric Charlier et d'Emanuel Ungaro by Fausto Puglisi, l’arrivée de Nathalie Ratabesi à la direction créative de Philosophy, ainsi que la nomination de Jeremy Scott à la tête du style de Moschino, dont la première collection a été dévoilée le 20 février dernier à Milan.

Ce renouvellement sur le front créatif ainsi qu’une attention majeure portée aux ventes en ligne et aux ventes de détail, ainsi qu'aux marchés les plus dynamiques, conduisent l’entreprise à se considérer satisfaite de 2013 "surtout dans la perspective d’une vision future".

"L’exercice 2013 a représenté une année de transition surtout du point de vue de la réorganisation du portefeuille de marques. Le début attendu de Jeremy Scott à la direction du style de Moschino a suscité des réactions positives allant au-delà de nos attentes, tout comme le développement des autres projets: de l’upgrade des collections d’Alberta Ferretti à celles de Cédric Charlier et d’Emanuel Ungaro", commente le président exécutif de Aeffe, Massimo Ferretti.

Du point de vue géographique, la dynamique s’est inversée par rapport à l’année précédente. La bonne surprise est arrivée, en effet, du marché italien, qui représente 41 % des ventes totales d’Aeffe. Dans la péninsule, les ventes ont progressé de 5,2 % (contre un recul de 3,4 % en 2012) à 104,5 millions d’euros, notamment tirées par les bons résultats de Moschino suite à l’ouverture de la boutique à Rome.

En revanche, les ventes sur le marché européen (à l’exclusion de l’Italie et de la Russie), qui représentent 20 % du chiffre d’affaires total du groupe, ont reculé de 7 % en 2013 par rapport à 2012.

Elles ont diminué de 8,4 % en Russie, de 10,9 % aux Etats-Unis et de 9,4 % au Japon (+12,1 % à taux de change constant). Seuls le Moyen-Orient (+7 %) et la Grande Chine (+20 %) tirent leur épingle du jeu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com