LVMH crée une entité pour soutenir des marques de luxe en devenir

LVMH se penche sur les jeunes marques de luxe. Le groupe français annonce la création de l'entité Luxury Ventures, une structure d'investissement dotée d'une première enveloppe de 50 millions d'euros. Son objectif est de prendre des parts minoritaires dans de petites griffes prometteuses. Concrètement, chaque investissement sera compris entre 2 et 10 millions d'euros, ce qui permettra d'aider une douzaine de marques. Et ainsi soutenir leur développement par un appui financier mais surtout stratégique, en mettant l'expertise des équipes LVMH à leur service.


Le siège du groupe, situé 22 avenue Montaigne à Paris - LVMH

L'idée est toutefois de laisser grandir ces labels selon la vision de leur créateur, même si le groupe apporte un soutien sur le plan opérationnel. LMVH, qui affiche 37,6 milliards d’euros de ventes cumulées en 2016, n'a pas pour but final d'acquérir ces griffes au sortir de la période d'accompagnement, mais ne s'interdit évidemment pas de les intégrer à son portefeuille, si les deux parties tombent d'accord.

LVMH Luxury Ventures est dirigé par Julie Bercovy, diplômée d’HEC Paris, qui a oeuvré pendant 12 ans comme directrice adjointe du département Fusions et Acquisitions du groupe tricolore. Cette dernière siégera au conseil d'administration des marques soutenues, qui se répartiront sur les cinq secteurs couverts par le groupe (Vins & Spiritueux, Mode & Maroquinerie, Parfums & Cosmétiques, Montres & Joaillerie et Distribution sélective). Avec sans doute une prédominance pour le prêt-à-porter et les accessoires.

Il s'agit là d'une toute nouvelle activité pour le groupe piloté par Bernard Arnault, qui n'avait jusqu'alors jamais investi minoritairement dans des maisons de petite taille. De quoi détecter plus tôt de futurs joyaux, à même d'intégrer son portefeuille déjà constitué de 70 marques ?

Ce fonds nouvellement créé, qui n'a pas vocation à accueillir d'investisseur extérieur, se démarque de la participation de LVMH dans L Catterton (à hauteur de 40 %), puisque ce dernier se concentre sur des marques lifestyle et « luxe accessible » (et non luxe) de plus grande envergure que les entreprises visées par LVMH Luxury Ventures.

En France, peu d'initiatives censées épauler des marques de luxe de petit périmètre existent. Citons en premier lieu le fonds Mode et Finance, géré par Bpifrance, qui fait figure de précurseur. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - DiversCréationBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER