LVMH mis en cause par Mediapart pour une surveillance présumée de François Ruffin

Paris, 21 mai 2019 (AFP) - François Ruffin a critiqué mardi « une police nationale devenue police des PDG » après des affirmations de Mediapart selon lesquelles le député LFI et son journal, Fakir, ont fait l'objet d'un espionnage à la demande du groupe LVMH.


François Ruffin au moment du tournage de Merci Patron en 2015 - Joël Saget/AFP

Dans un article mis en ligne mardi, Mediapart affirme que cette surveillance a valu au patron du géant du luxe, Bernard Arnault, d'être entendu le 17 janvier par la police dans le cadre d'une enquête visant Bernard Squarcini, ancien patron de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). A l'heure actuelle, Bernard Squarcini travaille notamment pour LVMH, via une société de conseil privée qu'il a créée en 2013.

« On apprend aujourd'hui que les deux Bernard, Arnault et Squarcini, s'appliquent à me surveiller, moi, Fakir et mes proches. Je tiens surtout à souligner une chose : la porosité entre la surveillance privée et la police nationale. Une police nationale devenue police des PDG », a réagi sur Twitter François Ruffin, qui « étudie » la possibilité de porter plainte et remercie Mediapart pour son enquête.

Durant son audition, Bernard Arnault a répondu n'avoir « aucune information à ce sujet », selon Mediapart, qui cite le procès verbal de son audition.

Contacté par l'AFP, le groupe LVMH n'a pas souhaité faire de commentaire.

Cette surveillance a duré un an « sur une période allant au moins de mars 2015 à février 2016 », détaille le média en ligne qui s'appuie sur des rapports et témoignages.

A l'époque, François Ruffin n'était pas encore député de La France Insoumise, mais un journaliste et documentariste engagé. Il travaillait sur le tournage de Merci Patron, film satirique sur le leader mondial du luxe, qui a glané en 2017 le César du meilleur documentaire. Le film raconte le combat d'un couple d'anciens ouvriers de LVMH dans le nord de la France parvenus, avec l'aide du réalisateur, à soutirer de l'argent à Bernard Arnault, l'une des plus grosses fortunes de France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Luxe - DiversMédias
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER