La Chine prolonge sa phase de transition vers le commerce transfrontalier

La Chine a décidé de reporter à la fin de l'année 2018 le renforcement de ses lois sur le marché du commerce au détail transfrontalier, en pleine croissance actuellement, encourageant ainsi les entreprises internationales, qui jusqu'ici empruntaient des chemins de traverse pour accéder aux marchés de la deuxième économie mondiale.

La « Free trade zone » de Shanghai, destinée à attirer les détaillants étrangers - China.cn

Les ventes de détail transfrontalières - qui concernent des produits envoyés directement aux clients chinois depuis l'étranger ou depuis des entrepôts douaniers situés en Chine dans des zones de libre échange - devraient atteindre 758 milliards de yuan (95 milliards d'euros) en 2018, selon les données de McKinsey & Co et iResearch.

Les règles prévues par la Chine consistent globalement à augmenter les taxes et à renforcer la législation sur les produits vendus par ces canaux transfrontaliers, mais les autorités chinoises ont décidé de prolonger d'un an la phase de transition avant leur mise en oeuvre - c'est le Conseil d'État chinois qui l'a annoncé de mercredi, afin de donner plus de temps aux détaillants pour se préparer et s'adapter.

Le report d'application de ces règles très strictes témoigne d'un soutien plus large de Pékin à la distribution transfrontalière. Le marché a été ébranlé ces deux dernières années par une législation en dents de scie, qui a affecté les sociétés qui exportent vers des pays comme l'Australie des produits de grande consommation, comme des produits laitiers ou de santé.

« Nous devons favoriser la croissance de notre e-commerce transfrontalier et accélérer le développement de nouveaux outils, afin de rendre notre commerce extérieur plus adapté aux nouvelles circonstances », a affirmé  Li Keqiang, Premier ministre de République populaire de Chine, propos rapportés par l'agence de presse officielle Xinhua. « Nos perspectives sont très encourageantes pour l'e-commerce transfrontalier. » 

La Chine avait suscité une confusion généralisée parmi les détaillants et les marques impliqués dans le commerce transfrontalier en 2016, en augmentant les taxes et en interdisant certains produits. Le gouvernement avait fait machine arrière sur certaines mesures et mis en place une période de transition pour d'autres.

Une douzaine de zones pilotes, favorisées par des restrictions sur le commerce transfrontalier plus permissives, ont été créées depuis 2015; Pékin assure que d'autres zones de ce type seront ouvertes ces prochains mois.

Traduit par Paul Kaplan

© Thomson Reuters 2019 All rights reserved.

TextileMode - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER