×
Publicités
Par
AFP
Publié le
20 avr. 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La CGT-textile a tenu son congrès dans un contexte déprimé

Par
AFP
Publié le
20 avr. 2007

TROYES, 20 avr 2007 (AFP) - La CGT-textile a clos vendredi 20 avril son congrès national dans un contexte marqué par les licenciements, avec l'annonce cette semaine d'une trentaine de nouvelles suppressions d'emplois à Troyes, là-même où se tenait le congrès depuis mardi 17 avril.


Une centaine de salariés des textiles Well du Vignan manifestent le 5 décembre 2006 à Nîmes Photo : Pascal Guyot/AFP

Ces nouveaux licenciements touchent une usine de la marque de lingerie Scandale, en redressement judiciaire. Il s'agit de la suite d'une longue série après Dim, Well, Arena et Aubade.

"Depuis le dernier congrès en 2003, il y a eu 60 000 suppressions d'emplois", a précisé à l'AFP le secrétaire général de la CGT-textile, Maurad Rabhi, affirmant que son syndicat était majoritaire dans la branche.

"Aujourd'hui, on a encore 200 000 personnes (employées dans ce secteur). Un dernier rapport remis au ministère du Travail parle de 30 000 à 40 000 nouvelles suppressions d'emplois dans les trois prochaines années", a-t-il indiqué.

L'arrivée des fonds de pension et la fin en 2005 des accords multifibres (mis en place en 1974 par les pays développés afin de protéger leur industrie nationale contre les importations) sont à l'origine des problèmes de la branche, explique la CGT.

"Il y a des restructurations mais il y a aussi des niches qui sont intéressantes, comme le textile technique, la maroquinerie de luxe", selon M. Rabhi, ancien leader des Cellatex, une usine chimique de synthèse textile dans les Ardennes, qui avait été occupée par ses salariés après sa liquidation judiciaire en 2000.

La CGT-textile a aussi abordé "la sécurisation des parcours professionnels", et lancé un message aux candidats à l'Elysée : "Attention à certaines propositions qui peuvent paraître séduisantes mais qui sont une escroquerie intellectuelle, comme le contrat unique, ou travailler plus pour gagner plus".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.