×
Par
AFP
Publié le
19 sept. 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Chine s'attaque au marché européen du prêt-à-porter

Par
AFP
Publié le
19 sept. 2007

PARIS, 19 sept 2007 (AFP) - La Chine a entrepris de s'attaquer au marché européen du prêt-à-porter avec des marques "made in China" synonymes de mode et de qualité, susceptibles de séduire les consommateurs occidentaux.


De g à d : le president du Messe Frankfurt France, Michael Sherpe, le président du China Textile And Apparel Trade Fair, Du Yuzhou et le responsable de l'organisation du Messe Frankfurt ,Detlef Braun pendant l'inauguration du salon le 17 septembre au Bourget
Photo : Pierre Verdy/AFP

Pour la première fois, le salon textile professionnel Texworld, réuni du 17 au 20 septembre à Paris, abrite un "salon professionnel du tissu et du prêt-à-porter chinois". Quatre-vingt deux exposants chinois y proposent leurs produits finis (vêtements, accessoires, linge de maison) aux acheteurs internationaux.

Par ailleurs, onze marques chinoises, les plus renommées en Chine et déjà exportatrices, y présentent deux fois par jour leurs collections (femme, homme, lingerie, sportswear) lors d'un défilé.

En octobre 2006, une marque chinoise, Jefen, avait été la première de ce pays à défiler sur les podiums parisiens, pendant la semaine de la mode.

La croissance du secteur textile chinois "ne doit plus être tirée par la quantité mais par la qualité et par l'innovation", souligne le président du Conseil national chinois du textile et du prêt-à-porter, Du Yu Zhou, devant la presse. "Nous sommes face à des choix à faire pour monter en gamme dans nos produits".

Dans les cinq ans à venir, la Chine veut "faire connaître dans le monde davantage de marques chinoises et augmenter la valeur ajoutée des produits chinois", précise M. Du.

La France est "un partenaire important de la Chine dans le domaine textile" et "15 % des exportations de textile chinois" se font vers l'Union européenne, rappelle M. Du. La Chine ne s'est "pas fixé un objectif à atteindre après l'abolition des quotas" sur ses exportations de textile vers l'UE, prévue en 2008. Elle veut "une coopération gagnant-gagnant avec toute l'Europe" et "réduire les frictions commerciales", affirme-t-il, se disant convaincu que "le marché va fonctionner de manière normale".

L'industrie textile chinoise emploie 20 millions de personnes et réalise un chiffre d'affaires de 400 milliards d'euros dont un quart à l'exportation, rappelle M. Du.

Qui dit "haut de gamme" dit cachemire. Manteaux, pulls et accessoires en cachemire "made in China" vont donc tenter de percer en Europe. "Nous souhaitons tester nos produits pour voir si nous pouvons trouver des débouchés sur le marché européen", explique le directeur général du bureau provincial du commerce extérieur de la province de Ningxia, Hei Liangjie.

Cette province autonome située dans le nord de la Chine, à la frontière avec la Mongolie, est "le plus grand pôle de production, de transformation et de commerce du cachemire dans le monde", souligne-t-il. 20.000 commerciaux sont chargés d'acheter du cachemire en Chine et ailleurs (Mongolie, Iran, Afghanistan...) et la région a produit cette année 20 millions de vêtements dont la moitié a été exportée.

"Nous portons maintenant notre effort sur le développement de nos propres marques et visons le marché haut de gamme", insiste M. Hei, bien décidé à faire fructifier cet "or mou", notamment avec la marque St Edenweiss, jusqu'à présent connue surtout en Chine. "Le marché européen sera notre principal marché dans le futur", assure-t-il.

Pour séduire les acheteurs européens, Miss China 2003 et 2006, Guan Qi et Liu Duo, ainsi que Zhang Xinghe, le mannequin masculin élu plusieurs années de suite le plus bel homme de Chine, ont été mobilisés. Ils ont défilé au salon pour présenter les collections des marques chinoises, au style conforme au goût occidental.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.