×
6 870
Fashion Jobs
ETAM
Gestionnaire de Stocks France H/F
CDI · CLICHY
CONFIDENTIEL
Responsable Trafic et Acquisition Omnicanal
CDI · PARIS
WINNING SEARCH
Responsable Styliste Produit Sport & Lifestyle
CDI · NANTES
MORGAN
Charge de Campagne CRM (H/F)
CDI · PARIS
MAISON KITSUNÉ
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
LTD INTERNATIONAL
Coordinatrice Appro Logistique Retail Junior H/F à Paris
CDI · PARIS
AIGLE
Stickiste 30h/SEM - Troyes F/H
CDI · PONT-SAINTE-MARIE
CCLD RECRUTEMENT
Technico-Commercial Itinérant H/F
CDI · NANCY
SHOWROOMPRIVE.COM
Key Account Manager - High Tech/ Electroménager H/F
CDI · SAINT-DENIS
SHOWROOMPRIVE.COM
Key Account Manager - Puériculture H/F
CDI · SAINT-DENIS
KIABI
Chef de Projet Digital Franchise Internationale (H/F) - CDI
CDI · HEM
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Saint Etienne (42) H/F
CDI · SAINT-ÉTIENNE
JACADI
Contrôleur(Euse) de Gestion Online & Offline H/F
CDI · PARIS
GUINOT MARY COHR
Responsable Régional(e) Des Ventes Guinot (37, 49, 72 et 86)
CDI · TOURS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · MARSEILLE
GALILEO GLOBAL EDUCATION
Responsable Recrutement Siège H/F
CDI ·
PRADA
Project Manager Prada H/F
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · FONTENAY-SOUS-BOIS
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · ALFORTVILLE
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · CRÉTEIL
CCLD RECRUTEMENT
Responsable de Clientèle Bancaire Particuliers - Val de Marne (94) H/F
CDI · MAISONS-ALFORT
Par
AFP
Publié le
6 sept. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Fashion Week de New York démarre, sûre de ses atouts

Par
AFP
Publié le
6 sept. 2012

NEW YORK, 6 sept 2012 (AFP) - La Fashion Week de New York, qui ouvre le bal des semaines de la mode dans le monde pour la saison printemps-été 2013, a démarré jeudi avec les défilés de BCBG Max Azria et de Nicholas K, confiante en dépit d'une économie terne.


Un mannequin lors du défilé Nicholas K à la Fashion Week de New York, le 6 septembre 2012. Photo: Getty Images/AFP/Frazer Harrison.


Comme un défi au moral en berne des consommateurs, Max et Lubov Azria de BCBG Max Azria ont présenté une collection résolument féminine et sexy, un rien provocante, tout en dentelles et en jeux de transparence. Enserrées dans de minces camisoles de cuir noir ou blanc, les femmes du couple Azria sont vibrantes sous la structure et osent montrer une épaule nue dans une robe asymétrique, une cheville sous des tissus souples et soyeux, parfois un sein sous la dentelle d'une combinaison pantalon.

A l'inverse, la collection Nicholas K, de Christopher Kunz et de sa soeur Nicholas, présentait une mode masculine et féminine sans contrainte, tout en souplesse et fluidité, dominée par des tons bruns, beiges, kaki ou safran. Sous un trench, un gilet à capuche, les couches de soie, de satin, de laine fine, lin et denim s'accumulent, vers "un style de vie plus organique", a expliqué Mme Kunz à l'AFP après le défilé.

Inspirés par le film de science-fiction "Soleil vert", les créateurs ont voulu ressusciter "le nomade un peu futuriste des années 1970" et avec lui les des "pantalons plus larges", plus flatteurs que le "skinny" prédominant.

Pour s'assurer que la ville ne manquait rien des nouvelles tendances, les organisateurs avaient prévu une diffusion inédite sur grand écran et en direct jeudi matin, à Times Square, de ces deux défilés, suivis des collections de Richard Chai et de Tadashi Shoji. Cette perméabilité entre monde de la mode et de la rue représente, selon certains experts, l'une des grandes forces de la mode new-yorkaise et de son industrie.

Près de 300 défilés

Le "battement de cœur du mouvement pop" est à la base du succès de New York en tant que "capitale de la mode", estime Scott Stoddart, de la célèbre école de mode Fashion Institute of Technology (FIT), alors que la consommation et la croissance économique peinent encore à se relever franchement.

"Le mariage de la culture populaire et de la mode est traditionnellement ce vers quoi tendent les créateurs américains", ajoute-t-il. "C'est le sens pratique de l'Amérique. On achète des effets de mode non pas pour s'assoir dessus mais pour les porter. A Paris ou Milan, les créations sont inspirantes et pleines d'idées mais on ne les imaginerait pas dans la rue".

La ville de New York multiplie les initiatives pour aider les entreprises du secteur à se lancer, choyant aussi la Fashion Week, dont les deux éditions rapportent environ 900 millions de dollars à la ville chaque année. "C'est fascinant ici. Nous avons plus de jeunes talents que partout ailleurs. A New York, c'est la mode pour le futur", s'enthousiasme Hal Rubinstein, de InStyle Magazine.

Cette saison, près de 300 défilés se succèderont. De Helmut Lang, Carolina Herrera, Donna Karan, Marc Jacobs, Oscar de la Renta, Ralph Lauren à Jason Wu, Altuzarra, Thakoon, Rad Hourani, Zac Posen et Rodarte, grands noms et jeunes loups tenteront de tirer leur épingle du jeu jusqu'à la fin des défilés le 13 septembre. Après Victoria Beckham, présente depuis quatre ans à New York, cette semaine devrait marquer les débuts de la ligne Holmes & Yang, de l'actrice Katie Holmes et de son amie styliste Jeanne Yang. Mais avant cela, place à la fête jeudi soir, et à la Fashion Night's Out. Pour l'occasion, le Rockfeller Center déroulait le tapis rouge pour tous, avec au programme des défilés organisés par des boutiques et des concerts de rock indépendant.

Par Prune PERROMAT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.