×
Publicités
Publié le
4 févr. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Fashion Week femme de Milan dévoile son programme

Publié le
4 févr. 2021

Après le marathon des défilés masculins, dévoilés exclusivement en mode virtuel en janvier, c’est au tour du prêt-à-porter féminin de débuter. Si Londres a annoncé une Semaine entièrement digitale (19-23 février), Milan prévoit, comme New York (14-17 février), le retour à quelques présentations (15) et shows physiques, tel celui de la nouvelle marque Del Core, en présence d’une poignée d’acheteurs et de journalistes. Pour le reste, la Fashion Week italienne se déroulera principalement sur la plateforme de la Camera della Moda (CNMI), accueillant du 23 février au 1er mars 61 défilés, 52 présentations et six événements.


La Fashion Week de Milan sera encore essentiellement virtuelle en février - CNMI

 
"C’est un calendrier très bien structuré avec chaque jour un programme intéressant. Au total, nous aurons 124 rendez-vous, dont pour la première fois une rencontre digitale avec Brunello Cucinelli. Notre plateforme proposera par ailleurs, comme en septembre, des événements parallèles centrés sur des thèmes qui nous sont chers comme le développement durable, la diversité et l’inclusion", a indiqué le président de la Camera Nazionale della Moda Italiana, Carlo Capasa, au cours d’une visioconférence, en rappelant l’hommage, qui sera rendu en ouverture de la Semaine, via un film réalisé par Beninamino Barrese, à Beppe Modenese, l’un de ses illustres prédécesseurs et promoteur du made in Italy.
 
Hormis l’absence notoire de Versace, qui a annoncé ce jeudi sa décision d’opter pour un format vidéo diffusé sur le net le 5 mars, soit après la manifestation milanaise, les principaux ténors de la mode transalpine ont répondu présents. En particulier Valentino, qui confirme pour la deuxième saison sa présence à Milan, après avoir défilé de longues années à Paris.

Le programme s’annonce dense donc, avec de nombreux temps forts. A commencer par Fendi, qui dévoilera en ouverture de la Semaine la première collection de prêt-à-porter féminine signée par Kim Jones. A signaler aussi la première collection réalisée par Alessandro Dell’Acqua pour Elena Mirò, qui opère son grand retour dans le calendrier milanais après dix ans d’absence.
 
Le styliste napolitain ouvrira par ailleurs le programme des défilés pour l'auomne/hiver 2021-22 avec son propre label N°21, le 24 février, aux côtés de Missoni. Le lendemain, jeudi 25, accueillera entre autres Max Mara, Prada et Moschino, le vendredi 26 Antonio Marras, Etro et Tod’s. Le samedi 27 sera le tour de Giorgio Armani et Salvatore Ferragamo, le dimanche 28, celui notamment de Dsquared2, Fila et Emilio Pucci, tandis que Ports1961, MSGM, Valentino et Dolce & Gabbana clôtureront la semaine le 1er mars. Ces deux dernières maisons sont en train de d’évaluer la possibilité d’organiser un défilé en présentiel.
 
Parmi les nouveaux noms présents au calendrier, au-delà de Brunello Cucinelli et d’Alessandro dell’Acqua x Elena Mirò, à noter le tout nouveau label Del Core lancé en cette occasion par Daniel Del Core, qui a longtemps travaillé pour Gucci et organisera un défilé physique. Mais aussi la toute nouvelle marque d’Alessandro Vigilante, passé par Dolce & Gabbana, Gucci et Philosophy, ou celle de Christian Boaro, CHB, que le styliste, affichant une riche expérience (Dolce & Gabbana, Versace, Ferré, MSGM), a lancé en plein confinement. Sans oublier l’arrivée sur les podiums milanais de Giuseppe Buccinnà, ingénieur de formation et talent prometteur du made in Italy, qui a fondé sa maison en 2015
 

Le président de la Camera della Moda Carlo Capasa au cours de la visioconférence - DR


A ces nouveaux noms s’ajoutent ceux d'Onitsuka Tiger, la petite soeur mode d'Asics, et du label coréen Münn de Hyun-min Han, tous deux pour la première fois à Milan. Font leur entrée aussi dans le calendrier féminin le show collectif Budapest Select, centré sur la jeune création hongroise, Fabio Quaranta, un habitué des podiums masculins, et Dima Leu, le jeune talent moldave qui a débuté à Milan le mois dernier avec l’Homme.
  
La Chambre de la mode italienne a prévu aussi d’organiser de nombreux projets parallèles, en particulier pour soutenir la jeune création. A commencer par les designers issus de groupes racisés, en collaboration avec le collectif Black Lives Matter in Italian Fashion, via le projet vidéo "We are made in Italy- The Fab Five Bridge Builders", qui ouvrira la Semaine le 24 matin.
  
Autre initiative, la sélection, comme en septembre dernier, de 11 jeunes stylistes (Marco Rambaldi; Fantabody, Vitelli, Gentile Catone,  Themoirè, Drome, Simona Marziali – Mrz, Melampo, Sara Battaglia,  Giannico et Greta Boldini) au sein d’un pop-up store dans le grand magasin Rinascente pendant la Fashion Week. Enfin, le projet Designer for The Planet mettra en avant pour la deuxième saison le travail de stylistes engagés dans une mode responsable (Gentile Catone, Gin Salemò, Froy;Traffico, Iindaco, Dassùyamoroso).

Enfin, pour la première fois la Fashion Week milanaise va mettre en avant le travail des artisans en présentant cinq réalités italiennes: Le plumassier Duccio Mazzanti, le tisseur Alberto Bevilacqua, la fabricante de chaussures sur mesure Vivian Saskia Wittmer, la spécialiste de la maille Marina Rizzini et celle des fleurs en tissu Anna Tosi.  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com