×
6 240
Fashion Jobs
Publicités

La Fiancée du Mékong abandonne la déco pour se concentrer sur le prêt-à-porter

Publié le
today 18 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Fiancée du Mékong, une histoire de 25 ans. Une longévité pour la marque rennaise fondée par Pascale Mordret qui n'est pas sans remise en question. Et c'est ce qui a déclenché un nouveau virage qui va se concrétiser en 2020. A commencer par l'arrêt de la décoration, dans laquelle la griffe ethnique avait un pied depuis ses débuts.


Collection printemps-été 20 - La Fiancée du Mékong


« Nous sommes une marque issue du salon Maison & Objet au départ. Nous avions un positionnement qui nous avait permis d'entrer dans un certain nombre de concept-stores, mais qui pour certains étaient trop baba cool... Et puis il y a eu une lassitude de la décoration. Une envie de revenir pleinement et entièrement au prêt-à-porter », témoigne Pascale Mordret, qui, pour illustrer cette nouvelle stratégie, a fait son retour sur le salon mode Who's Next début septembre.

A partir de la saison printemps-été 2020, La Fiancée du Mékong va donc se consacrer au vestiaire féminin, accessoires compris. Et elle va faire bouger Les lignes : « Historiquement, nous nous interdisions l'uni. Mais c'était trop, il fallait une respiration, et répondre aussi à un plus grand nombre de femmes. Garder l'ADN qui est fort, mais tempérer notre offre », explique la dirigeante.

Plusieurs nouvelles lignes ont ou vont ainsi voir le jour. Après le lancement d'une gamme homewear qui a rencontré son public, la marque vendue par près de 600 multimarques enrichit son vestiaire de pièces unies, des t-shirts et tops en coton biologique jusqu'au pantalon stretch, mais aussi d'imprimés plus "soft", dans des coloris moins forts. Une démarche de diversification de la garde-robe qui passe aussi par le lancement, toujours sur la saison été 2020, d'une ligne grandes tailles, proposant certains modèles jusqu'au 56. L'équipe de style a également été renouvelée et apportera plus nettement sa patte sur la saison automne-hiver qui suivra.


La marque lance pour le printemps-été 20 plusieurs dizaines de références grandes tailles - La Fiancée du Mékong


« La démarche est de travailler mieux le prêt-à-porter, en proposant des total looks, un uni atténuant un imprimé, et ce pour toutes les femmes. Etre moins clivant dans le style et dans l'offre », martèle Pascale Mordret, qui maintient son positionnement prix moyen de gamme (une robe est par exemple vendue 70 euros en moyenne). 

Mieux travailler le prêt-à-porter signifie également proposer un service plus rapide aux détaillants. Au sous-sol de sa boutique parisienne, rue Saint-Placide, la marque rennaise a désormais installé un showroom permanent, où elle offre la possibilité de commandes "pronto", en délai court, à ses revendeurs.

L'abandon de l'activité décoration a forcément un impact dès cet automne, avec la refonte de la boutique historique de la marque à Rennes. Les autres succursales de La Fiancée du Mékong prendront également prochainement ce virage, à Nantes, Saint-Malo, Roppenheim (outlet), et Paris (rue Saint-Placide). La boutique de Marseille va quant à elle fermer ses portes.


La boutique de Rennes repensée - La Fiancée du Mékong


Pour la marque au modèle omnicanal, qui réalise un chiffre d'affaires annuel de 6 millions d'euros - relativement stable ces dernières années -, il s'agit donc de mieux travailler avec la clientèle existante, mais aussi de conquérir de nouveaux prospects avec son offre repensée, en France, mais surtout à l'international. La Fiancée du Mékong participe en cette mi-septembre à Madrid au salon Momad, et vise l'Europe du Nord, région pour laquelle elle recherche des agents.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com