×
Publicités
Publié le
23 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La filature savoyarde bicentenaire Arpin prend un coup de jeune

Publié le
23 déc. 2020

"Un nouveau tournant, un profond virage". C’est en ces termes que la filature savoyarde bicentenaire Arpin, connue pour son savoir-faire et sa fabrication de tissus à partir de laines de mouton françaises et italiennes, envisagera l’année 2021.


Arpin, nouvelle collection et nouvelle image - Florian Monot


Dans le giron du groupe Idealp, contraint de mettre ses investissements en stand-by sur ses marques alpines de ski à l’instar de Lacroix, la maison Arpin souhaite accélérer le développement de son segment prêt-à-porter à côté de celui de la maison et de la décoration.
 
Arrivé il y a un peu plus de trois mois, le nouveau directeur commercial et marketing Nicolas Caniez (ex-Groupe Adidas, Supra et Odlo France) souhaite ainsi donner un nouvel élan à Arpin en amplifiant son esprit mode. "L’accent de nos campagnes est résolument plus mode et plus jeune, explique-t-il, et notre collection hiver 2021/22 marque une volonté affichée d’aller chercher une clientèle plus urbaine et en phase avec les valeurs de durabilité et de responsabilité qui s’expriment aujourd’hui."

Resserrée à onze pièces sur la ligne masculine, le même nombre sur la ligne féminine, la collection Arpin "souhaite repenser les standards du vestiaire", détaille Nicolas Caniez, "des pièces à manches principalement, avec une large place faite aux blousons et aux manteaux en laine au style épuré et contemporain, qui puissent mettre en avant le travail et la richesse des matières comme des couleurs".


Arpin, la collection femme 2021 - Florian Monot


Confirmant son positionnement premium sur les manteaux (entre 700 et 1.200 euros), la collection proposera des pièces plus accessibles sur la maille avec un prix moyen compris entre 300 et 350 euros.
 
Une évolution du produit qui devrait correspondre à la nouvelle stratégie de distribution envisagée par Arpin, qui souhaite ouvrir son réseau "trop cantonné aux stations de ski" aux grands magasins et multimarques des villes de province. 
 
"L’hiver prochain, les collections Arpin pourront enfin sortir des montagnes, poursuit Nicolas Caniez. Nous devrions tenir un showroom à Paris en janvier et espérons séduire les grands magasins, les multimarques et les consommateurs dont l’appétence pour des marques au savoir-faire reconnu se renforce ces temps-ci. Notre objectif est clair: 50 points de vente pour l’hiver prochain à Paris et en province."
 
Côté boutiques, l’équipe souhaite également ajouter aux trois établissements en propre (le flagship à Chamonix, une boutique à Lyon et un magasin d’usine à Séez, en Savoie, lieu de la filature) de nouvelles adresses en franchise, qui s'ajouteront à celles existantes de Megève, Courchevel et Les Gets. 
 
Dernier développement à venir, la partie e-commerce intéressera les équipes Arpin dès le début d’année 2021 avec la sortie d’un tout nouvel e-shop dont Nicolas Caniez espère qu'il favorisera un décollage des ventes –aujourd’hui environ 10% des ventes sont réalisées via ce canal– et la distribution souhaitée des collections sur des pure-players tels que l’Exception.
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com