×
5 428
Fashion Jobs
Publié le
25 janv. 2022
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La filière française du cuir a dopé de 24% ses exportations en 2021

Publié le
25 janv. 2022

La filière française du cuir a repris des couleurs sur l'exercice 2021. Le Conseil national du cuir (CNC),fait état d'une hausse de 24% des exportations par rapport à 2020, et de 9% par rapport à 2019. Une croissance derrière laquelle le secteur attend le soutien de l'Etat sur divers points, allant de la formation à la modernisation des entreprises en passant par le respect de l'appellation "cuir" au niveau européen.


Shutterstock


Des demandes formulées le 25 janvier à l'occasion des vœux du CNC à la presse. Et qui fut l'occasion de dévoiler quelques chiffres concernant l'activité 2021. Sur les onze premiers mois de l'exercice, le secteur des cuirs et peaux bruts aurait ainsi renforcé de 44% ses exportations, tandis que le secteur de la maroquinerie progressait de 30%. Des progressions ont également été constatées du côté de la tannerie mégisserie (17%) et de la chaussure (14%).

Des vœux dont sont ressorties plusieurs demandes vis-à-vis de l'exécutif. Et notamment concernant le crédit impôt collection (CIC). Ce dernier "permet aux industriels de maintenir leur savoir-faire en France, et de valoriser la création française", explique Clémentine Colin Richard, qui a pris en juin dernier la présidence de la Fédération française de la chaussure. "Notre demande au gouvernement est de faire sortir ce CIC de la règle de minimis (les aides ne peuvent dépasser un certain plafond, ndlr)", indique la responsable. "Quelque 80% des entreprises utilisent ce crédit, mais pour les trois quarts d'entre elles le plafond est atteint, et cela ne leur permet pas de faire appel à de nouvelles aides pour moderniser leur outil ou relocaliser."

A la tête d'une filière chaussure réunissant quelque 90 entreprises et plus de 200 marques, et générant 4.000 emplois, Clémentine Colin Richard entend notamment faire de la transparence un pilier du secteur dans les années à venir. Qu'il s'agisse de transparence sur les productions, sur les valeurs ou sur les conditions de travail. "Et quoi de mieux pour cela que d'ouvrir les usines et ateliers?", interroge la responsable, pour qui ce "tourisme industriel" pourrait attirer les talents de demain.

L'exécutif est également attendu sur les formations, dont les industriels pointent qu'elles ne sont pas toujours en adéquation avec les besoins des entreprises. Est ainsi réclamée une formation générale cuir, à compléter par des spécialisations sur le terrain, en fonction des besoins de la profession. "Le CNC a fait à plusieurs reprises la demande d'une concertation engagée au niveau de l'Education nationale, avec les fédérations professionnelles, afin de mieux répartir les formations initiales sur le territoire, et de mieux les adapter aux besoins des entreprises" indique Edgard Schaffhauser, président exécutif de la Fédération française de la maroquinerie.

A la tête d'une filière maroquinerie comptabilisant 27.300 salariés via 540 entreprises, le responsable évoque par ailleurs le développement des certificats de qualification professionnelle (CQP) délivrés par la branche elle-même. Edgard Schaffhauser a ainsi déploré que la dernière réforme de la formation ait rendu plus compliqué et long, "parfois jusqu'à trois ans", la mise en place de ces certificats, pourtant jugés en adéquation avec les besoins du secteur cuir.

L'appellation "cuir" toujours au cœur des préoccupations



Pour le représentant de la maroquinerie, la filière est par ailleurs à un tournant, avec des changements de consommation notamment induits par le véganisme, et les questions d'ordre éthique sur la provenance de la matière cuir. Pour le président de la Fédération française des cuirs et peaux, Christophe Dehard, la pédagogie est là encore la clef.

Le responsable rappelle ainsi que le cuir n'est qu'un sous-produit de l'industrie alimentaire, qui produit chaque année 160.000 tonnes de peaux, "l'équivalent de 20 tours Eiffel" que l'industrie du cuir transforme en produits. "La France est précurseur en termes de traçabilité des peaux", souligne-t-il par ailleurs. "Nous commençons à être capables de les tracer sur l'ensemble du cycle de vie", tandis que "les abattoirs français sont encadrés par une réglementation très stricte".


Shutterstock


La pédagogie entourant le cuir passe également par l'appellation "cuir" elle-même, sur laquelle l'exécutif est là aussi attendu. La filière s'agace depuis des années de voir le mot cuir accolé à des matériaux issus d'ananas, maïs, cactus ou champignon.

"Le mot est galvaudé", pour Jérôme Verdier, président de la Fédération française de la tannerie mégisserie. Le décret du 8 janvier 2010 interdit en effet d'utiliser en France l'appellation "cuir" pour des matières non animales. Une règle également adoptée au Portugal et en Italie. "Nous souhaitons en 2022, à travers la présidence européenne de Monsieur Macron, que l'on obtienne ce décret pour toute l'Europe (..) afin que ce petit jeu s'arrête", clame le représentant, dont le segment a généré 350 millions d'euros de chiffre d'affaires, et exporte à 40%.

"Il ne s'agit pas de dénigrer ces nouvelles matières", insiste Frank Boehly, président du CNCC, "mais de faire en sorte que le consommateur soit bien informé". Le dirigeant pointe ainsi une étude récente commanditée par son organisme et montrant que 53% des sondés ne voient pas dans le cuir une origine animale. "C'est un vrai problème. Une déconnexion avec la réalité".

Si bien que le CNC fait de cette question d'appellation l'une de ses priorités pour 2022. Elle sera de fait en bonne place dans un livre blanc que la filière cuir va adresser à l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle, afin de les sensibiliser aux enjeux de la filière. Un autre livre blanc sera quant à lui dédié aux nombreux enjeux liés à la RSE. Le CNC entend par ailleurs à nouveau mener une campagne de communication digitale cette année et des "Rencontres du cuir" dans les différentes régions de France.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com