×
Publicités
Publié le
26 juin 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La FNH souligne l'exaspération des détaillants devant certaines pratiques

Publié le
26 juin 2015

L’heure est au coup de gueule et à la révolte chez les commerçants indépendants. Alors que Patrick Aboukrat, le détaillant parisien sous l’enseigne Abou d’Abi Bazar, vilipendait dans FashionMag.com il y a quelques jours les pratiques à la limite de la légalité concernant les soldes, c’est cette fois le président de la Fédération nationale de l’habillement lui-même, Bernard Morvan, qui monte au créneau.


Bernard Morvan


« Il y a une exaspération qui éclate chez les détaillants, souligne-t-il. Ils en ont marre de voir une pratique de réduction des prix permanente chez certaines enseignes et marques. C’est sans doute la raison, d‘ailleurs, du moindre attrait des soldes. »
 
Et celui-ci de mettre en cause notamment un arrêté du 11 mars dernier sur les réductions de prix. « Celui-ci parle certes toujours de prix de référence, mais en fait, c’est la notion de prix de marché qui tend à s’imposer. En clair, chacun peut aujourd’hui d’une certaine manière faire descendre ou monter ses prix en permanence en fonction des ventes, de la météo, etc. Cela crée de plus une instabilité des prix et conduit à une absence de transparence pour le consommateur. »

Pour le président de la FNH, les détaillants demandent tout simplement un peu plus de protection : « Il faut comprendre que nous pilotons des magasins de nouveautés, pas des magasins de réduction. »
 
En vilipendant la situation actuelle, le président de la FNH amorce aussi un changement de politique de la fédération. Et cela prend une forme de déclaration de guerre à ceux « qui feraient n’importe quoi ».

« Quand je suis arrivé à la tête de la fédération en 2011, j’ai mis en place une commission marques. L’idée était d’arriver à faire travailler ensemble de manière cordiale toute la filière pour le bien commun. Désormais, nous allons nous attaquer aux marques déloyales en allant jusqu’à les attaquer en justice. Nous allons aussi les blacklister. »

Bernard Morvan table aussi sur une rencontre avec la nouvelle secrétaire d’Etat au Commerce, Martine Pinville, pour faire évoluer la législation. Une manière d'affirmer encore croire à l'application des textes...

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com