×
Publicités
Publié le
25 août 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La France produira 100 millions de masques sanitaires par semaine en décembre

Publié le
25 août 2020

La France pourra produire 100 millions de masques sanitaires (chirurgicaux et FFP2) par semaine en décembre et n'est plus dépendante de la Chine, a indiqué mardi la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, sur CNews.


La France pourra produire 100 millions de masques sanitaires par semaine en décembre et n'est plus dépendante de la Chine. - AFP/Archives


"Nous produisons 50 millions de masques sanitaires par semaine", a dit la ministre, assurant que l'objectif d'une capacité de 60 millions en octobre sera tenu. Et "nous serons à 100 millions de masques sanitaires -FFP2 et chirurgicaux- en décembre", a-t-elle poursuivi.

"Nous avons donc multiplié par 30 notre production de masques sanitaires." "Nous ne sommes plus dépendants de la Chine", a ajouté la ministre, car la France peut s'appuyer sur sa production nationale et sur la production européenne.

"Si la Chine ferme, nous sommes capables de faire face", a-t-elle résumé. "Le point de difficulté aujourd'hui", ce sont "les gants", dont la fabrication dépend de l'approvisionnement en latex, a noté la ministre.

Les masques textiles restent moins chers à l'usage pour le grand public

A côté des masques sanitaires, la France a également développé sa production de masques textiles qui sont "moins chers" et "au regard du Covid, aussi efficaces", a souligné Mme Pannier-Runacher. Le coût d'usage d'un masque textile lavable et réutilisable est de "moins de 10 centimes" et "beaucoup de Français les utilisent", a-t-elle insisté.

Un point déjà mis en avant mi-août par le président de l'Union des industries textiles (UIT) Yves Dubief qui avait plaidé pour les atouts du masque textile à savoir : "un coût à l'usage inférieur à celui du masque jetable, une production essentiellement française, un usage qui n'est pas unique (...) et une traçabilité". "C'est à nous à nous battre pour que les Français (...) choisissent le masque en tissu" qui est "un meilleur vecteur pour la défense de la planète que le masque jetable", avait-t-il déclaré. La filière textile française a des masques en tissu "disponibles en stock" et peut en "produire facilement" pour répondre à "un regain" de demande liée à l'extension des mesures de port du masque, avait-il clamé alors.

La ministre déléguée à l'Industrie a rappelé la mise en place cet été de la distribution de 50 millions de masques "aux familles les plus vulnérables d'un point de vue financier".

Le masque en entreprise ne doit pas être à la charge de l'Etat

S'agissant des entreprises, elle a estimé que le surcoût des mesures sanitaires peut atteindre 10% à 15%, ce qui n'est "pas négligeable". Mais "ce n'est pas à l'Etat de se substituer aux chefs d'entreprise par rapport à ces coûts", a dit Mme Pannier-Runacher, qui considère que "l'économie de marché, c'est aussi de payer les vrais coûts".

Interrogée sur le report d'une semaine de l'annonce du plan de relance, Agnès Pannier-Runacher a souligné que ce plan est "d'ores et déjà décidé" et qu'il est "mis en œuvre dans la partie industrielle". "Il n'y a pas de loup, il y a juste le besoin de bien préparer la rentrée scolaire", a-t-elle dit, citant aussi "la rentrée également professionnelle."

La rédaction avec AFP

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com

Tags :
Industrie