×
Publié le
15 janv. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La France va pouvoir exporter ses cosmétiques en Chine sans les tester sur les animaux

Publié le
15 janv. 2021

Une nouvelle étape est franchie dans la lutte contre la maltraitance animale. Les produits cosmétiques français exportés en Chine ne sont désormais plus soumis à un test sur les animaux par les autorités chinoises en préalable de leur mise sur le marché. Une nuance toutefois, cela concerne les produits de beauté dits "ordinaires", c’est-à-dire la majorité des cosmétiques, à l’exception des produits solaires et colorants capillaires.
 

Les tests de produits cosmétiques sur les animaux sont interdits dans l’Union européenne depuis 2009. - Shutterstock


Pour ce faire, les fabricants doivent présenter un certificat délivré par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) attestant de la conformité aux "bonnes pratiques de fabrication" ainsi que d’une évaluation de la sécurité. Avec cette nouvelle règlementation, la France devient le premier pays de l’Union européenne à pouvoir exporter ses cosmétiques en Chine sans test préalable sur les animaux. 
 
Les tests de produits cosmétiques sur les animaux sont interdits dans l’Union européenne depuis 2009. Cependant, certains pays, dont la Chine, conduisent encore des tests sur les produits finis importés avant d’autoriser leur commercialisation sur leur territoire.

"Ces tests étaient conduits par les autorités de contrôle sanitaire locales et non par les marques. Le secteur cosmétique s’est donc engagé auprès de ces pays afin de faire reconnaître les méthodes alternatives aux tests sur les animaux, et de faire évoluer les réglementations vers une élimination totale et définitive de ces tests", rappelle la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA).
 
Depuis juin 2014, certains produits fabriqués et commercialisés en Chine (shampooings, gels douche, maquillage) ne sont par exemple plus testés sur les animaux. Seuls les cosmétiques à usage "spécial", comme les colorants capillaires et les protections solaires, et la totalité des produits importés restaient concernés.
 
Cette avancée permettra aux entreprises françaises d’exporter plus facilement leurs produits de beauté en Chine. D’autant qu’en 2019, les exportations cosmétiques vers la Chine ont bondi de 48%. L'empire du Milieu est ainsi passé du septième au quatrième rang des destinations pour les produits de beauté français. Avec la crise sanitaire, le poids de la Chine, pays qui reste en croissance, s’est encore accru.

La FEBEA rappelle également qu’à ce jour 200 méthodes alternatives à la recherche animale ont été développées et validées par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com