×
Publicités
Publié le
28 nov. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La griffe de lingerie La Nouvelle diversifie son vestiaire et s'offre une première adresse à Marseille

Publié le
28 nov. 2022

Avec ses dessous colorés et tendance, la marque de lingerie marseillaise La Nouvelle se situe à lisière du prêt-à-porter. Fondée en février 2014 par deux amies, Aurélie Grandemenge et Alix de Moussac, la griffe propose des sous-vêtements confortables sans armatures et bordés de fils de lurex doré. Depuis cet été, elle développe son offre avec des pièces pour les adolescentes et les jeunes filles, du homewear et des culottes menstruelles upcyclées. Confectionnées à base de chutes de tissus d'anciennes collections, elles seront commercialisées début décembre. 


Les sweats de La Nouvelle, entre sportswear et homewear, sont floqués d'une mouette verte en écho à sa ville natale Marseille - La Nouvelle


Après "une longue attente de deux ans due à la pandémie", le tandem féminin à la tête de La Nouvelle concrétise son envie d'avoir sa propre boutique. 

Rendez-vous en avril prochain au 13, rue Decazes, dans le VIIe arrondissement de la cité phocéenne, non loin de la corniche Kennedy. "On a vraiment hâte d'accueillir du public car on souhaite depuis longtemps proposer une expérience shopping à nos clientes, ce sera en quelque sorte notre laboratoire", se réjouit sa styliste et cocréatrice Alix de Moussac. 

Cet écrin à l'esthétique chaleureuse sera décliné dans une palette rose poudré, et ponctué d'éléments minéraux comme un carrelage en travertin et des murs en béton ciré. Un point de vente physique de 40 mètres carrés, qui investit les anciens bureaux de la griffe et qui a été redessiné par le studio d'architecture aixois Domicile Design.

Aujourd'hui la marque - qui emploie quatorze personnes - a établi ses locaux dans "une maison avec jardin non loin de la boutique" implantée au cœur du quartier résidentiel de Saint-Lambert

La Nouvelle fait ainsi ses premiers pas dans l'univers du retail, la marque étant distribuée chez plus de deux cents revendeurs en France et référencée dans une cinquantaine de points de vente dans le monde, de Hong Kong à Dubaï.

Un geste pour ses revendeurs pendant le pic de la crise Covid



"Le wholesale représente 80% de nos ventes, détaille sa cofondatrice Aurélie Grandemenge. Notre chiffre d'affaires pour l'année 2021 s'élève à 3,5 millions d'euros".

Depuis sa création il y a huit ans, la griffe peut se targuer d'une "belle et régulière croissance". Elle a évité les turbulences dues à la pandémie de Covid en lançant en 2020 son site de e-commerce et en proposant à ses "revendeurs de geler les encours et les encaissements en attendant la sortie de crise", poursuit cette ancienne consultante pour des marques de luxe et de prêt-à-porter.

Si, aujourd'hui, les créatrices de La Nouvelle s'inquiètent "de la hausse des prix de l'énergie et pour l'avenir des revendeurs qui doivent rembourser leur PGE" (prêt garanti par l'Etat), Aurélie Grandemenge annonce "une raisonnable et très légère augmentation de prix des collections, à hauteur de 50 centimes d'euro par pièce". La gamme de prix des collections s'échelonne de 35 euros pour les brassières enfants à 75 euros pour les soutiens-gorge adultes, jusque 170 euros pour les kimonos matelassés du côté homewear


La griffe marseillaise La Nouvelle propose depuis cet été une ligne pour les enfants et les adolescentes, avec des pièces bordées d'un lurex doré - La Nouvelle


Le Bon Marché, institution parisienne de la rive gauche, a été l'un de ses premiers partenaires dans la capitale, quand d'autres "refusaient d'exposer nos pièces car on avait une mannequin noire dans le shooting, se souvient Alix de Moussac. Depuis le début, notre mode célèbre l'inclusivité et la diversité en montrant les vrais corps des femmes", poursuit cette ancienne étudiante de l'Atelier Chardon Savard, une école de stylisme parisienne.

Cet esprit de sororité, la griffe le travaille notamment en donnant ses invendus à L'Auberge marseillaise, une association hébergeant des femmes vulnérables. Et sur ses réseaux sociaux et son e-shop, elle met en avant sa communauté avec le mot-dièse rassembleur #labandenouvelle.

A la mi-septembre, le duo féminin a invité dans son atelier une dizaine de clientes fidèles pour raconter leur expérience avec la marque. Un casting volontairement pluriel, avec des jeunes femmes et leurs mères, mais également des seniors. "Ce côté intergénérationnel, on le chérit au quotidien, la ligne 'kids and teen' qu'on a sorti cet été je l'avais fait essayer à ma fille, c'est mon adorable cobaye" sourit Alix de Moussac. 

Si la marque ne produit "que" deux collections par an, elle multiplie les capsules comme celle de Noël avec sa dentelle fleurie et ses bretelles argentées, mais également les collab'. Pour la Saint-Valentin, elle propose avec la boutique de bijoux Atelier Paulin un coffret comprenant un bracelet et un ensemble de lingerie. Ouvrant davantage son vestiaire pour l'été prochain, La Nouvelle lancera avec Jonsen Island, une marque inspirée du surf, une capsule unisexe. Les pièces, à savoir des casquettes et sweat-shirts, sont floquées d'une mouette verte en clin d'œil à sa ville natale, Marseille. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com