×
Publicités
Publié le
15 avr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Halle envisage de fermer ou vendre 200 magasins, plus de 1 500 emplois menacés

Publié le
15 avr. 2020

En difficulté depuis plusieurs années, La Halle va se placer sous la protection du tribunal de commerce de Paris pour tenter d'assurer sa survie. Ce 15 avril, la direction du groupe Vivarte réunissait ses partenaires sociaux pour présenter le projet de mise en sauvegarde de l'enseigne de prêt-à-porter à bas prix, qui devrait faire l'objet d'une audience le 21 avril prochain. L'occasion pour Patrick Puy, le président du groupe - passé aux mains de ses créanciers en décembre dernier par le biais d'une fiducie -, de détailler la délicate situation et les possibles mesures de rationalisation à mettre en œuvre.


Patrick Puy a rejoint la direction de Vivarte en novembre 2017 - DR


Dans un contexte de décroissance du secteur mode depuis plus d'une décennie, et chahuté depuis un an par la crise des Gilets jaunes et les grèves dans les transports, "la crise du Covid-19 nous a assassiné", introduit Patrick Puy. Alors qu'il affichait 178 millions d'euros de cash en août 2019, "le groupe a consommé 100 millions d'euros de trésorerie depuis lors, et nous anticipons un besoin de 90 millions de cash entre le 15 mars et le 31 mai. Nous serions passés en négatif, ce qui aurait alors conduit à situation de cessation de paiement pour le groupe".

En plaçant aujourd'hui La Halle en sauvegarde, qui a presque à elle seule englouti ces sommes (soit environ 15 millions d'euros par mois), cela permet d'éviter une procédure judiciaire et de détacher les deux autres actifs (Caroll et Minelli) des ses tourments. Une entreprise en sauvegarde peut étaler le règlement de certaines créances, et notamment suspendre des loyers pour opérer son retournement.

Totalisant à ce jour quelque 850 points de vente et employant environ 5.500 personnes, la chaîne d'habillement avait vu ses ventes se rétracter de 3% en 2018/19, pour s'établir à 847 millions d'euros. Des mesures drastiques sont à l'étude pour tenter de faire perdurer l'enseigne : "Un plan de cession et de restructuration est envisagé, avance Patrick Puy. Il sera mis en œuvre rapidement, fin mai début juin. Un périmètre acceptable serait la fermeture ou la vente de 200 magasins non contributifs", soit environ un quart du parc, ce qui représente près de 1.500 postes du côté du réseau de vente. "Mon rêve serait de sauver 3.500 à 4.000 emplois... car il est improbable de trouver de nouveaux financements en ce moment. Un périmètre d'environ 600 points de vente pour La Halle pourrait être rentable en sortie de crise".

Sous la houlette du dirigeant, La Halle avait initié un plan de relance il y a trois ans, organisant la fusion des deux Halle (aux chaussures et aux vêtements) après un plan social en 2017 qui avait occasionné la fermeture de 135 magasins et la mise en place d'un PSE touchant 450 salariés. En février 2020, Vivarte (La Halle, Minelli, Caroll) avait annoncé une nouvelle coupe dans les effectifs de l'enseigne, avec 101 postes supprimés à la logistique et au siège. Ce dernier est désormais suspendu dans l'attente de la mise en œuvre d'un plan plus vaste.


Le nouveau concept familial de La Halle, dévoilé en 2018 à Metz - La Halle


Patrick Puy évoque également le futur des enseignes Caroll et Minelli, qui aurait toutes deux selon lui un Ebitda positif. "Les actionnaires de Vivarte ne sont pas voués à rester très longtemps au capital. Une vente éventuelle de Caroll et Minelli est possible ultérieurement, mais n'est pas à l'ordre du jour."

Le patron anticipe pour l'exercice 2019/20 du groupe (clos fin août), une perte de chiffre d'affaires de l'ordre de 20 % par rapport au 1,2 milliard généré l'an dernier, soit environ 200 millions d'euros de moins, en grande partie en raison de la crise sanitaire. Car entre mi-mars et fin mai, la prévision de perte d'activité atteint 106 millions d'euros.

Pour la reprise espérée à la mi-mai, de forts rabais sont envisagés par La Halle. "Nous allons lancer des opérations promotionnelles dès l'ouverture pour écouler les stocks au plus vite et préparer les saisons suivantes", argumente Patrick Puy, qui a signé la tribune d'enseignes demandant aux bailleurs de se montrer solidaires et de supprimer les loyers pendant le confinement. Le dirigeant, qui devait quitter son poste de président de Vivarte plus tôt cette année, a repris du service au vu des événements : "Je ne m'attendais pas à une telle panade", conclut-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com