×
Publicités

La Halle : les distributeurs alimentaires se positionnent sur le dossier

Publié le
11 juin 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Un second tour fructueux. Après un premier appel aux repreneurs pour les actifs de la Halle qui avait mobilisé sept offres de reprises partielles. Fin mai un second appel d'offres a été lancé, alors que l'entreprise a été placée en redressement judiciaire le mardi 2 juin. Celui-ci a permis de cumuler 25 offres et d'améliorer le nombre de magasins rachetés et d'emplois sauvegardés.


Le concept familial de La Halle, dévoilé en 2018 à Metz - La Halle



Au premier tour, les offres de Beaumanoir (prêt à reprendre plus de 300 magasins), Chaussea, Besson et Gémo mais aussi Lidl, permettaient la reprise de 3.195 emplois sur 5.391 et de 502 magasins sur 830.

L'ensemble des offres partielles dans le cadre du plan de cession de l'entreprise, ont été présentées ce jeudi aux instances représentatives du personnel avec 607 magasins avec 4.036 emplois, dont 3.836 en magasins et 150 sur 491 au siège. Les sites logistiques d'Issoudun (285 salariés) et de Montierchaume (202) entrent cette fois dans les projets avec deux offres de reprises intégrant 50 salariés.

La distribution alimentaire reprendrait quelque 200 magasins



Dans une conférence de presse organisée jeudi soir, Patrick Puy, patron du groupe Vivarte, propriétaire de La Halle mais aussi de Caroll et Minelli, a précisé que parmi les 25 offres, il y avait un certain nombre d'acteurs individuels. "Dans les nouvelles offres, nous n'avons pas de nouveau grand retailler autre que Beaumanoir, Chaussea Besson et Gémo, a-t-il souligné. Ils n'ont pas significativement amélioré leur offre. Il y a de nouvelles offres de la part du retail alimentaire avec Lidl (qui avait fait une offre sur une soixantaine de magasins), Aldi et Carrefour qui ont des offres très significatives".

Les trois acteurs proposeraient la reprise d'environ 200 magasins. "Pour ces acteurs c'est une opportunité de combler des trous dans leur maillage géographique, estime Patrick Puy. Ils n'ont pas l'obligation de reprendre le personnel des magasins et n'ont pas toujours l'envie. Mais si besoin nous les accompagnerons dans la reprise de personnes adaptées au monde du commerce. Nous allons travailler d'abord pour qu'ils augmentent le nombre de magasins à reprendre. Et ensuite pour qu'ils reprennent le personnel".

Les offres, que le dirigeant n'a pas souhaité détailler, peuvent en effet encore être améliorées par les candidats, le tribunal de commerce devant statuer fin juin. Selon la direction du groupe, les candidats peuvent faire une surenchère jusqu'au 24 juin afin de tenter de s'assurer certains actifs.

Un plan de sauvegarde de l'emploi sera ensuite mis en place pour les effectifs n'ayant pas été repris. "Je ne peux pas encore dire s'il sera généreux ou non, clame Patrick Puy. Si nous aurons 50 ou 100 millions d'euros disponibles". La société disposerait de 100 millions de cash actuellement, mais pourrait devoir piocher dans celui-ci pour valoriser les offres, en intégrant par exemple un budget formation pour les équipes des magasins, et inciter des acteurs à augmenter leur offre. Patrick Puy a aussi préciser que La Halle devrait réaliser les achats pour la prochaine collection de La Halle. Des investissements dont le dirigeant évalue le montant à 50 millions d'euros pour les quelque 350 magasins que Beaumanoir reprendrait, et qui feront partie de la négociation avec le groupe malouin.

La Halle verrait d'ailleurs, selon Patrick Puy, ses ventes sur le web continuer d'être trois à quatre fois plus importantes que l'an passé même après la fin du confinement et l'enseigne enregistrerait une progression de 25% à 30%, selon les jours, par rapport à l'an dernier... De bons arguments aussi pour inciter les repreneurs à revoir leurs offres à la hausse.

Il y a quelques semaines Patrick Puy expliquait que La Halle avait perdu durant le confinement environ 80 millions d'euros de chiffre d'affaires par mois. Un montant important pour un acteur qui revendique 847 millions d'euros de ventes annuelles.


 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com