La lingerie/balnéaire face aux défis de l’écoresponsabilité

A l’occasion des salons Unique et Interfilière, qui se sont tenus à Paris du 7 au 9 juillet, les professionnels de la lingerie et du balnéaire se sont penchés lors d’une table ronde sur la place croissante du développement durable et de l’écoresponsabilité dans une filière devant encore relever de nombreux défis.

Conférence sur les enjeux du développement durable pour la lingerie et la balnéaire

« On est véritablement en train de refaire nos classes, a ainsi indiqué Virginie Wittmer, directrice commerciale de SABF (Sofileta). On ne peut plus partir sur l’utilisation d’un matériau responsable et dire "C’est bon, j’ai fait le job". Car tout a un impact sur les étapes suivantes de la production. L’un des points positifs est que ces nouveaux enjeux vont nous forcer à parler davantage, entre acteurs des différents niveaux de la filière. Tout en remplaçant les choses dans un ordre logique, chacun s’améliorant dans son domaine de compétence. »

Un avis que partage notamment Michel Chtepa, directeur général du fabricant de fibres Seaqual. « Innover n’est qu’un point de départ, explique-t-il. Si on cherche à développer une gamme pour faire bien, pour être dans la tendance, on a tout faux. Car on est vraiment dans une phase de rupture, où les engagements doivent se bâtir sur le long terme. Les solutions écoresponsables déjà en place ne sont peut-être pas la panacée, mais c’est déjà un mieux, un premier pas vers de meilleures pratiques. Ce qui, pour une entreprise, doit aussi devenir une raison d’être. »

« Il faut nous donner du temps », insiste pour sa part Stephan Huette, directeur du développement de Roica Fibers (Asahi Kasei), qui a développé une stretch écoresponsable. « Il y a trois ans, ce projet a été lancé à notre demande. Nous avons aujourd’hui beaucoup d’informations sur l’écoresponsabilité. Et de fait, avoir un produit écoresponsable ne vous rend pas pour vous-même écoresponsable. On peut désormais développer des modèles à partir de la durabilité, pour répondre aux attentes de ces clients souhaitant consommer différemment. Mais ces choses prennent du temps. »

« On ne peut pas fournir la solution à tout, confirme Philip Schar, directeur relation client Europe du spécialiste du label textile durable Bluedesign. Tout ce que l’on peut faire, pas à pas, c’est donner des solutions qui nous rapprocherons de notre but. Il faut prendre le temps pour ne pas faire de nouvelles erreurs. Surtout à l’heure où les clients mettent en doute le discours des marques. C’est d’ailleurs là que les labels comme le nôtre peuvent aider : ils permettent de dire "Oui, ces gens font réellement ce qu'ils prétendent faire" pour l’environnement. »

Pour Stéphane Petitjean, de Greenflex, qui accompagne les entreprises dans leur éco-transition, la lingerie et le balnéaire sont particulièrement exposés à ces enjeux. « Sur tout ce que je mets sur ma peau ou que je mange, le sujet du responsable explosera tôt au tard chez les consommateurs, explique-t-il. Il faudrait que cette filière se réveille un peu plus. On sait que 60 % des clients sont sensibles à la présence de "safe ingredients". Et que 30 % veulent réduire la consommation de vêtements. On voit bien que cela pose un problème au niveau business. Ce qui fait qu’il y a une logique à travailler sur des produits qui sont là pour durer dans le temps. »

«L’éco-conception, c’est bien. Mais en réalité, il faut surtout changer la manière de consommer, confirme François-Xavier Ferrari, cofondateur de Cooperative Mu. Il faut tout remettre en perspective. Le souci est qu’à l’échelle d’une activité, il y a des progrès, mais qu’à l’échelle du produit, cela ne représente encore pas grand-chose. Mais la conception d’un produit responsable pilote, représentatif de vos gammes, est une étape importante, car c’est ce qui va donner des lignes directrices pour vos autres produits. Ce n’est pas nécessaire de changer, d’un coup, de business model. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

LingerieBalnèaireTextileIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER