×
Publicités
Par
AFP
Publié le
18 janv. 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La lingerie des années 50 revient au goût du jour

Par
AFP
Publié le
18 janv. 2011


Des mannequins présentent les tendances du prochain Salon de la Lingerie. Photo : AFP.
PARIS, 18 jan 2011 (AFP) - La silhouette des années 50 est de retour, avec ses tailles fines et ses fortes poitrines : pour le 48ème salon international de la lingerie, organisé du 22 au 24 janvier à Paris, les 550 exposants ressortent soutiens-gorge obus et culottes taille haute.

Fini les strings et les soutiens-gorge demi-bonnet, la mode est à la lingerie couvrante... pour mieux être enlevée. "La femme assume son corps, ses rondeurs et joue la séduction en pratiquant l'effeuillage" qui rappelle Dita Van Teese, modèle glamour et pulpeuse, relève Caroline le Grelle, spécialiste des tendances chez Eurovet, organisateur de ce salon depuis 50 ans.

Les marques jouent sur la transparence. "La matière est légère, poursuit Caroline le Grelle. Dentelle, soie, satin..." Et si les couleurs fortes, orange ou rouge, riment avec romantisme, "le noir reste la couleur pour séduire".

Dans un hall, il y a la lingerie transgressive, séductrice : "la femme s'amuse, elle est arrogante sans être vulgaire", explique Valérie Lemant, directrice de la division lingerie Eurovet. "La femme française est toujours très chic, avec un souci de qualité", assure Jezabel Nogaro chez Empreinte.

Côté grandes tailles, le français Empreinte, élu créateur de l'année 2011, dévoilera au salon une guipure moulue et non plus cousue, inventée par le Suisse Eisenhut et l'Allemand Mayser. "C'est comme une seconde peau, souligne Jezabel Nogaro. C'est une première mondiale."

Autre secteur, le homewear qui va des tuniques confortables en coton aux petites vestes d'intérieur pour une ambiance cocon. "La femme a le droit d'arrêter sa course à la perfection", affirme Valérie Lemant.

Pour le japonais Wacoal, l'amincissement vient de la matière. "La micro encapsulation est tissée avec la fibre. Sur 28 jours d'utilisation continue, le tour de cuisse peut diminuer jusqu'à deux centimètres. Mais si vous mangez trop, ça ne marche pas", prévient son porte-parole Marie-Dominique Tabard. Cette lingerie minceur sera en boutique dès juin.

Triumph a créé une collection de luxe pour fêter ses 125 ans d'existence : Essence. Un défilé dimanche 23 janvier dévoilera les pièces "à des prix abordables", selon Emilie Kaufmann, manager marketing de la marque.

A noter aussi le retour des marques Jil et Mariner, après une longue absence.

Depuis 2010, la salon de la lingerie se déroule sur trois jours au lieu de quatre. En 2010, 20.000 visiteurs environ, dont 42% de Français, s'y sont rendus. Cette année, autant sont attendus.

Si le marché devrait rester "stable" en 2011, l'augmentation du coût des matières premières, surtout du coton, et de la main d'oeuvre dans les pays de production laissent planer une incertitude sur son évolution.

D'après une étude de Xerfi publiée en juillet 2010, "la consommation de lingerie a bien résisté à la crise en 2009. Elle reculera de 2% en 2010 et de 0,8% en 2011".

En 2010, "les résultats étaient meilleurs que le prévisionnel", dit Caroline le Grelle à l'AFP. "La consommation française a augmenté de 4%, pour atteindre 2,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires, la France étant le plus gros consommateur d'Europe".

Une femme peut dépenser "entre 100 et 150 euros pour une parure", selon Emilie Kaufmann. Chez Empreinte, le budget moyen s'élève à 121 euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.