×
5 686
Fashion Jobs
Publicités

La mode anglaise, un reflet de la capitale cosmopolite du Royaume-Uni

Par
AFP
Publié le
today 22 sept. 2009
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LONDRES, 22 sept 2009 (AFP) - La Semaine de la mode de Londres incarne depuis 25 ans le style à l'anglaise, mais sa créativité effervescente est en grande partie le fruit de la rencontre de talents venus de l'étranger.


Christopher Kane collection printemps/été 2010

La moitié des stylistes qui figurent dans le programme officiel du British fashion council (BFC) pour les collections printemps-été 2010, dévoilées jusqu'à mercredi dans la capitale britannique, sont originaires du reste du monde.

Car Londres exerce une force irrésistible pour les aspirants stylistes avec ses prestigieuses écoles, lui conférant l'image d'un incubateur pour la mode internationale.

L'université Central St Martins pour l'art et le design (CSM) tire particulièrement son épingle du jeu, et affiche parmi ses anciens élèves Stella McCartney, Giles Deacon, John Galliano ou encore Alexander McQueen.

Et ils n'ont pas à rougir de la nouvelle génération car les stylistes les plus prisés du moment sont sortis de St Martins: Christopher Kane, Mark Fast, Emilio de la Morena, Bora Aksu.

"Si vous observez le programme, au moins 50% des stylistes, bien qu'ils soient considérés comme des stylistes londoniens, sont en réalité nés ou viennent de pays du monde entier", a déclaré à l'AFP Simon Ward, l'un des responsables du British Fashion Council.

"Et c'est vraiment ce qui fait la caractéristique de Londres. Ca commence avec nos universités de la mode, qui agissent comme un aimant pour les étudiants du monde entier, parce que Londres est une ville très cosmopolite et c'est un endroit créativement inspirant", a-t-il ajouté.

Les étoiles montantes des podiums de Londres ne sont pas des sujets de Sa majesté: Wakako Kishimoto, du duo Eley Kishimoto, vient du Japon, Marios Schwab est allemand, Mary Katrantzou est grecque, Mark Fast est arrivé du Canada, Bora Aksu de Turquie, Roksanda Ilincic est serbe. Ashish est originaire d'Inde, Eun Jeong de Corée du sud et Emilio de la Morena est espagnol.

Et ils ont tous étudiés à Central St Martins (CSM), aux côtés de célèbres natifs du royaume comme Matthew Williamson et Antonio Berardi, qui ont effectué cette saison un retour à Londres après avoir succombé plusieurs années aux lumières de New York et Paris.

Berardi incarne à lui seul le melting-pot de la mode "british". Il est né en Angleterre de parents siciliens et puise son inspiration dans ces deux facettes.

"Je pense que la partie sicilienne est la partie ultra-féminine, et la partie britannique est la partie beaucoup plus travaillée et structurée, et légèrement plus agressive", a-t-il expliqué à l'AFP. "Mais je pense que les deux forment une parfaite alliance convenant à toutes les femmes".

Central St Martins souffle ses 20 ans cette année, mais son histoire remonte jusqu'en 1854. Les présentations des créations de ses élèves, y compris celle de la Fashion week, sont des événements très courus. Le magazine Vogue estime que "c'est l'endroit pour être en avance sur le jeu de la mode".

Le Royal College of Art et le London College of Fashion ne sont pas en reste avec d'anciens élèves comme Erdem et Julien Macdonald, qui n'ont pas à rougir de leurs successeurs.

La Britannique Jenny Holmes et le Grec Dimitris Theocharidis, qui ont créé Jena Theo, ont remporté le très couru Fashion fringe award, remis par Donatella Versace devant un parterre de stars. Ils se sont connus en 2002 au London college of fashion.

Les candidats déçus venaient de Chypre, de Serbie et du Kazakstan. Que les fashion-victims soient rassurées, Londres conserve son aura.

Par Alice RITCHIE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.