×
Publicités
Publié le
8 sept. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La mode italienne face à la crise russe

Publié le
8 sept. 2014

"Open Russian Fashion", tel est le nom de l’important projet mis en place par Super, le salon dédié à la mode féminine organisé à Milan par Pitti Immagine, pour sa prochaine édition, qui se tiendra du 20 au 22 septembre dans le nouvel emplacement du pavillon 3 de Fieramilanocity.

Dans le cadre de ce projet, soutenu par le ministère de l’Industrie et du Commerce russe, le salon consacrera un espace spécial à un collectif de 13 designers russes "parmi les plus intéressants du moment" (9 pour le prêt-à-porter et 4 pour les accessoires).

Le salon Super de Pitti Immagine à Milan s'ouvre à la mode russe


"Cette initiative est née dans un contexte de renforcement de nos relations avec la Russie avec l’envie de mettre l’accent sur une nation au sein de notre salon féminin, comme nous le faisons pour le menswear durant le Pitti Uomo. La Russie sera d’ailleurs très probablement le pays invité d’honneur du prochain Pitti Uomo de janvier", indique Raffaello Napoleone, le directeur général de Pitti Immagine.

"Il se trouve que l’initiative se superpose à l’actuelle crise russe. Disons que notre projet est un signal significatif d’attention portée en ce moment à un marché important pour la mode italienne", souligne-t-il, alors que la situation critique entre l’Ukraine et la Russie n'a pas manqué d'avoir des répercussions sur le secteur italien du textile et de l’habillement.

De fait, la Russie représente le deuxième débouché pour la mode féminine italienne, après la France. Or, entre janvier et avril 2014, les exportations du made in Italy féminin vers la Russie ont reculé de 11,3 % (et de 15,7 % vers l’Ukraine).

"Pour l’instant, nous ne sommes pas touchés par les sanctions prises le 11 août par le gouvernement russe interdisant les importations en provenance de l’Europe et des Etats-Unis de textile, habillement, chaussures et maroquinerie, car cela ne concerne que les entreprises publiques", rassure le président de la chambre de la mode italienne, Mario Boselli, qui rappelle néanmoins que la baisse des ventes de la part des acheteurs russes "était déjà actée depuis fin 2013 en raison de la baisse du rouble".

A cela s’ajoute le fort ralentissement économique en Russie et en Ukraine. La baisse considérable des acheteurs russes au salon de la chaussure TheMicam, qui vient de fermer ses portes à Milan, témoigne de cette crise.

Un signal qui n’a pas manqué d’inquiéter le président du salon et de l’association des chausseurs italiens, Cleto Sagripanti. "La situation des tensions entre l’Ukraine et la Russie nous inquiètent beaucoup pour l’aspect politique, pour les menaces de guerre, mais aussi à cause de l’embargo sur nos produits. Cet embargo risque de provoquer la fermeture de 20 % de nos entreprises", avait-il déclaré fin août.

"Nos ventes ne grimpent plus de 30 % par saison comme avant, mais elles sont stables. Nous n’avons pas enregistré de recul", tempère quant à lui Giulio di Sabato, président de Assomoda (l’association des agents et des distributeurs de mode italiens) et du showroom Sari Spazio, au sein duquel il organise lui aussi durant la Fashion Week de Milan un événement spécial avec 6 stylistes russes ( le 22 septembre).

"Pour moi, qui suis présent sur le marché russe depuis 1997, la situation n’est pas catastrophique. Il est évident que j’aurais plus de mal aujourd’hui à vendre un jeune styliste italien inconnu à un magasin russe. Avant les Russes achetaient tout. Désormais, ils veulent un made in Italy démocratique ! Le marché est en train de devenir plus mûr et se focalise davantage sur la qualité du produit que sur le nom de la marque", analyse-t-il.

"Les consommateurs russes achètent de plus en plus de marques locales. Je me bats pour cela depuis 10 ans ! Nous avons de très bons designers russes et le moment est venu pour eux de se faire connaître davantage à l’international", conclut pour sa part Alexander Shumsky, président de la Fashion Week russe de Moscou, à l’origine de l’offensive de la mode russe à Milan, à l’occasion de la prochaine semaine de la mode.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com