×
Publicités
Publié le
14 sept. 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La parfumerie féminine boostée par les lancements

Publié le
14 sept. 2017

77 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires généré par les nouveaux parfums féminins de janvier à juillet 2017, soit une hausse de 39 % par rapport à la même période l’an passé, indique le groupe d’études NPD. Les fragrances pour femme lancées il y a moins de douze moins représentent désormais 14 % du chiffre d’affaires des féminins dans le circuit sélectif*.

Mon Guerlain, le parfum de Guerlain incarné par Angelina Jolie


L’année enregistre cependant moins de nouvelles fragrances, 265 entre août 2016 et juillet 2017 contre 295 sur la période précédente, mais les lancements performent dans le sélectif.

« Après des années très orientées sur des déclinaisons de lignes existantes, 2017 se caractérise par le retour en force de nouveaux concepts, sans aucun lien avec des lignes déjà installées. Les résultats à fin juillet 2017 indiquent qu’ils génèrent la moitié du chiffre d’affaires des lancements (contre seulement 22 % l'an passé) tandis que les déclinaisons redeviennent minoritaires : une vraie rupture avec les tendances des années précédentes. De plus, nombre de grands lancements ont été positionnés assez tôt dans l’année comme Mon Guerlain, Aura de Mugler ou Scandal de Jean Paul Gaultier. Cela permet plus de visibilité lors du lancement, car le mois de septembre, qui concentre en général les plus gros lancements, est particulièrement bataillé », détaille Mathilde Lion, experte beauté Europe chez NPD.

En valeur, les nouveaux concepts Kenzo World et Mon Guerlain se placent dans le top cinq des meilleures ventes de nouveautés, tout comme les déclinaisons Chanel N°5 L’Eau, J’Adore in Joy et Black Opium Floral Shock.

La période des fêtes de fin d’année s’annonce chargée et concurrentielle avec de grands lancements ce mois-ci comme Gabrielle de Chanel, le dernier opus parfumé de Chanel, 15 ans après Chance, ou Twilly d’Hermès, à l’adresse d’une clientèle plus jeune. Selon Mathilde Lion, « il y a fort à parier que les marques gagnantes seront parmi celles qui ont innové ». « Est-ce que cela permettra de redynamiser le marché des parfums féminins dans son ensemble ? Si c’est le cas, ce serait là encore une nouveauté. »
 
*hors exclusivités et marques propres.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com