×
7 078
Fashion Jobs

La Perla en crise : discussions toujours en cours pour éviter les licenciements

Par
AFP
Publié le
today 9 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Rome, 8 oct 2019 (AFP) - Le ministère italien du Développement économique a annoncé mardi la poursuite des discussions visant à permettre la suspension de 126 suppressions emplois annoncées cet été chez La Perla, fabricant de lingerie de luxe.


@laperla


"L'entreprise et les syndicats se retrouveront vendredi" au siège de la marque à Bologne "pour poursuivre les discussions et se mettre d'accord sur les prochains pas pour trouver rapidement une solution sauvegardant" les emplois, indique le ministère dans un communiqué.

Il y a cinq jours, un pré-accord avait été trouvé pour suspendre les 126 suppressions d'emplois envisagées.

"Réunion La Perla, pré-accord signé à la région Emilie-Romagne : retrait des 126 licenciements. Premier résultat important pour sauvegarder l'emploi et la production", avait tweeté Stefano Bonaccini, président de cette région.

Ce pré-accord présente cependant "des problèmes d'ordre technique" concernant son application et le ministère du Travail a également été mis à contribution "pour identifier les instruments les plus aptes à accompagner les travailleurs et l'entreprise dans le dépassement de la crise", précise le ministère.

Après une année 2017 "difficile", l'entreprise avait commencé à mettre en oeuvre "une stratégie de restructuration", qui devait inclure 126 suppressions de postes. Cette annonce avait entraîné cet été un mouvement de grève au siège de la marque.

Afin d'accroître sa visibilité et améliorer son accès au capital, La Perla est entrée début septembre à la Bourse de Paris, sur le marché Euronext Growth.

Marque historique de lingerie italienne, la Perla a été fondée en 1954 par Ada Masotti. La maison a été rachetée en février 2018 par la société néerlandaise d'investissement Sapinda Holding au fonds Pacific Global Management (PGM). Ce dernier la détenait depuis 2013, après l'avoir acquise pour 69 millions d'euros lors d'une vente aux enchères organisée dans le cadre d'une procédure judiciaire de faillite.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.