×
Par
Reuters
Publié le
4 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La proposition salariale d'Amazon rejetée par les syndicats

Par
Reuters
Publié le
4 mai 2022

PARIS (Reuters) - La quasi-totalité des organisations syndicales d'Amazon en France ont rejeté la proposition d'augmentation salariale pour 2022 au cours de l'ultime journée de négociations, a-t-on appris de représentants syndicaux, qui ont précisé qu'aucune action collective n'était prévue dans l'immédiat.


Reuters / Mike Segar



Face à la nette hausse de l'inflation dans le pays, les syndicats avaient proposé une revalorisation salariale de 5% dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire (NAO).

L'entreprise a proposé pour sa part une augmentation des salaires de 3,5% à compter du 1er juin, une offre dont les conditions ont, selon des sources syndicales, seulement été acceptées par le syndicat patronal CFE-CGC.

"Dans n'importe quelle autre année, cela aurait été une bonne proposition mais, depuis décembre, l'inflation flambe", a déclaré Jean-François Berot, représentant du syndicat SUD, citant la hausse élevée des prix de l'énergie, des produits alimentaires et d'autres biens. Une action collective n'est pas à exclure dans les prochains jours ou prochaines semaines, ont indiqué des sources syndicales, mais aucune grève n'est envisagée pour l'heure.

Amazon a déclaré que sa proposition était "supérieure aux taux d'augmentation médians constatés dans les grandes entreprises cette année", entre 2% et 2,5%, selon le géant du commerce en ligne.
Les salaires du groupe en France ont augmenté de plus de 5,6% au cours des douze derniers mois, a-t-il indiqué dans un communiqué, ajoutant que cela "correspond à l'augmentation cumulée du SMIC sur cette période".

"Nous sommes heureux de confirmer la proposition d'augmentation salariale attractive faite par Amazon, que nous pensons bien positionnée pour nos salariés et qui sera mise en place au sein de nos 8 centres de distribution, tout comme d'autres mesures financières", a dit le groupe.

Une porte-parole d'Amazon a indiqué que la revalorisation salariale de 3,5% viendrait s'ajouter à des avantages existants tels que la prime de transport et des actions gratuites. Une adhérente de la CFDT a déclaré que l'entreprise avait menacé de revoir à la baisse, à 3%, son offre d'augmentation salariale si aucun accord n'était trouvé avant mardi. Amazon a finalement maintenu son offre de hausse de 3,5%, qui sera adoptée mais "sans l'aval des organisations syndicales", a ajouté Morgane Boulard.

Le mois dernier, l'ensemble des huit centres logistiques d'Amazon en France ont été perturbés par des débrayages de salariés du fait d'un mécontentement concernant les négociations salariales.

(Reportage GV De Clercq, rédigé par Jean Terzian, édité par Tangi Salaün)
 

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.

Tags :
Industrie