×
5 786
Fashion Jobs
Publicités

La robe de mariage de Kate Middleton, un secret d'Etat qui fait jaser

Par
AFP
Publié le
today 8 févr. 2011
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LONDRES, 8 fév 2011 (AFP) - La famille royale fait tout pour protéger son nom, gardé comme un secret d'Etat, mais les spéculations vont bon train dans la presse et dans les milieux de la mode sur l'identité du créateur choisi pour dessiner la robe que Kate Middleton arborera le jour de ses noces, le 29 avril.


Kate Middleton et le Prince William le 16 novembre 2010 au Palais Saint James lors de l'annonce de leurs fiançailles. Ben Stansall AFP/Archives

"Il vaudrait mieux que les gens ne sachent pas qui c'est", explique la blogueuse Sasha Wilkins, alias "LibertyLondonGirl", grande spécialiste de la mode sur la toile. Car dès que son nom sera divulgué, "sa vie va se transformer en enfer".

Ce fut le cas, voici trente ans, pour David et Elizabeth Emmanuel, qui furent "littéralement harcelés" après l'annonce qu'ils avaient été choisis pour confectionner la tenue de la princesse Diana pour son mariage avec le prince Charles.

Les services du prince Charles et de ses deux enfants, Harry et William, le futur marié, gardent le silence le plus complet, faisant valoir que Kate Middleton, 29 ans, très impliquée dans les préparatifs de la cérémonie, veut maintenir le suspense jusqu'au bout.

Faute d'information officielle, il a suffi qu'un journal dominical à sensation publie en janvier une photo de la mère et de la soeur de Kate Middleton sortant de sa boutique londonienne pour que le créateur Bruce Oldfield soit assiégé jour et nuit par les paparazzi.

Outre Oldfield, qui était l'un des créateurs favoris de Diana et qui a confectionné la robe de mariée de Rania de Jordanie, la presse évoque également une pléiade de créateurs - tous britanniques ou ayant pignon sur rue au Royaume-Uni - de John Galliano à Stella McCartney, en passant par Victoria Beckham.

Selon Sasha Wilkins cependant, il y a beaucoup de chances pour qu'"un inconnu du grand public soit choisi".

Mais comme il est hors de question de confier le vêtement le plus attendu de l'année à des mains inexpertes en confection nuptiale, les noms de Philippa Lepley, Jenny Packham, Amanda Wakeley ou Jasper Conran circulent également.

"Il faut de l'expérience pour concevoir un beau vêtement, qui reste impeccable de bout en bout de la journée du mariage, qui fasse beaucoup d'effet en photos et à la télévision et qui ne disparaisse pas dans la cathédrale de Westminster", explique à l'AFP Fiona McKenzie Johnston, collaboratrice du groupe Condé Nast International, spécialiste des magazines de luxe.

Mais les temps étant plus austères qu'en 1981, tout le monde s'accorde à penser que le modèle choisi par Kate Middleton sera plus simple que la robe de conte de fée ivoire, flanquée de manches bouffantes et de huit mètres de traîne, que portait Diana. D'autant que la promise est plus menue.

La couleur sera à n'en pas douter classique, blanche ou ivoire, pronostiquent les spécialistes. Et pour le tissu, c'est la soie naturelle, brodée à la main, qui emporte tous les suffrages, même s'il faut l'importer en raison de la fermeture en 2004 de la dernière fabrique britannique.

Une chose est sure: la robe, sitôt dévoilée, sera immédiatement imitée.

"Il sera intéressant de voir combien de temps cela prend. Ce sera une question de secondes", prédit Peta Hunt, directrice de mode de la revue You and Your Wedding, destinée aux futures mariées.

Le succès est quasi assuré si l'on en croit celui rencontré par la robe bleue griffée Issa que portait Kate le jour de l'annonce de ses fiançailles, un modèle immédiatement épuisé.

Et l'avenir de celle qui portera bientôt le nom de princesse Catherine paraît tout aussi assuré: ce sera, à en croire les spécialistes, une icône de la mode.Par Claudia RAHOLA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.