×
Publicités
Par
AFP
Publié le
11 mars 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La robe de mariée de Kate Middleton tient l'Angleterre en haleine

Par
AFP
Publié le
11 mars 2011

LONDRES, 11 mars 2011 (AFP) - L'annonce que la styliste de la maison de couture Alexander McQueen, Sarah Burton, allait dessiner la robe de mariée de Kate Middleton, bien que formellement démentie, a plongé les commentateurs royaux dans une véritable frénésie.


Kate Middleton en compagnie du Prince William - Photo : AFP

"Si c'est vrai, c'est la meilleure nouvelle qu'ait eue l'industrie de la mode depuis longtemps", s'est réjouie Hilary Alexander, chargée de la mode au quotidien Daily Telegraph.

Buckingham tente désespérément de garder le secret le plus absolu sur la robe de la future épouse du prince William, espérant maintenir le suspense jusqu'au jour J - le 29 avril - où la mariée franchira le seuil de l'Abbaye de Westminster.

Mais le Sunday Times a affirmé dimanche dernier détenir un scoop, annonçant que la discrète Sarah Burton, directrice artistique d'Alexander McQueen depuis le suicide du fondateur de la marque l'an dernier, avait remporté la commande la plus convoitée de l'année.

La robe serait "le résultat des idées de Middleton et de la connaissance approfondie qu'a Burton de la mode", selon une source dans le milieu de la mode, citée par le quotidien.

"Je le saurais si on la faisait", a rétorqué le directeur général de la maison de couture, Jonathan Akeroyd, qui, selon le journal, aurait pourtant affirmé à un collègue que sa maison allait dessiner la robe.

Sarah Burton a elle-même démenti: "Je ne la fais pas", a-t-elle assuré. Et un porte-parole de la marque a renchéri: "Nous ne faisons pas la robe".

Rien n'y fait: les spéculations enflent de plus belle, la presse assurant que la rédactrice en chef du Vogue britannique, Alexandra Shulman, sollicitée l'an dernier par Buckhingham Palace pour un avis avec d'autres journalistes et stylistes, aurait recommandé Sarah Burton.

La deuxième collection de Sarah Burton à Paris cette semaine n'a fait qu'alimenter les rumeurs, avec deux robes de mariées sur le podium.

Les deux proposent la même structure près du corps, découvrant les bras et les épaules pour remonter sur le cou. Sous les hanches, l'une s'évase avec des plissés de tissu recouvert de plumetis qui forment un carré, comme les robes des Ménines de Velazquez. L'autre s'épanouit en organza découpé, créant sur la jupe des méandres tourmentés se prolongeant en traîne...

Reste qu'on ne saurait montrer ses épaules nues à l'Abbaye de Westminster, et que le style de Kate, très sage, se prête peu jusqu'à présent à une quelconque extravagance.

Plusieurs sorties officielles des deux fiancés au Royaume Uni ces quinze derniers jours ont montrée la future épouse du prince William dans des valeurs sures: manteau beige et bibi au Pays de Galles, tailleur rouge et bottes noires en Ecosse et trench Burberry en Irlande du Nord.

Au point que l'extravagante Vivienne Westwood, interrogée pour savoir si elle allait dessiner la robe de la mariée, a lancé ironiquement, "j'adorerais, mais il faudra attendre qu'elle se rapproche un peu de mon style!"

Si Alexander McQueen était réputé pour ses vêtements excentriques, les experts de la mode estiment que Sarah Burton a adouci l'image de la marque, lui donnant un tour plus féminin, voire romantique.

La maison sait aussi s'adapter s'il le faut: elle a habillé Sara Buys pour son mariage en 2005 avec Tom Parker Bowles, fils de Camilla, la seconde épouse du prince Charles.

Sarah Burton a été pendant de nombreuses années la collaboratrice et bras droit d'Alexander McQueen, enfant terrible de la mode britannique. Elle a travaillé 14 ans à ses côtés et dirige depuis dix ans la création de la ligne féminine de la marque.Par Alice RITCHIE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.