×
6 064
Fashion Jobs
TOMMY HILFIGER
Sales Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Roppenheim- CDD 35h
CDI · ROPPENHEIM
CONCEPT RECRUTEMENT
Responsable Administratif et Financier Junior (H/F) – Mode - CDI - Paris
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Manager de Vente Weekend H/F
CDI · PARIS
LE BON MARCHE
Responsable Administratif- Evénements Commerciaux (F/H)
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit Accessoires Cuir - Maison de Luxe (H/F)
CDI · PARIS
SÉZANE
Video Content Manager (H/F)
CDI · PARIS
BZB
Contrôleur de Gestion Marketing H/F
CDI · ROUBAIX
CACHAREL
Responsable Communication
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Lyon H/F
CDI · LYON
CITY ONE
Cost Controller H/F
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
LEVI STRAUSS & CO
Gestionnaire de Stock Levis H/F (20h) - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
LEVI STRAUSS & CO
Responsable de Stock Levis H/F - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
LEVI STRAUSS & CO
Gestionnaire de Stock Levis H/F (35h) - Giverny (CDI)
CDI · GIVERNY
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Chef de Produit F/H
CDI · LES HERBIERS
BA&SH
Chef d'Équipe Quai F/H
CDI · LOUVRES
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Supply Chain - Textile - Toulouse (H/F)
CDI · TOULOUSE
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Technique (Nation) H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Responsable CRM H/F
CDI · PARIS
MODELOR
Responsable Stock Matieres H/F (2)
CDI · PARIS
SWAROVSKI
CDI – Contrôleur de Gestion France & Benelux (H/F) – Paris
CDI · PARIS
VANESSA BRUNO
Responsable de Production/Achats Prêt-À-Porter
CDI · PARIS
TOD'S
Responsable Maintenance Boutiques Zone Europe F/H
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
1 févr. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La route de la fourrure sauvage canadienne passe par la Chine et la Russie

Par
AFP
Publié le
1 févr. 2008

MONTREAL, 1 fév 2008 (AFP) - Pendant près de 400 ans, l'Europe a été le premier acheteur mondial de fourrures sauvages canadiennes, mais aujourd'hui les trappeurs vendent davantage leurs précieuses captures en Chine et en Russie, des économies en plein essor.



"Notre marché le plus important est sans l'ombre d'un doute la Russie et le deuxième la Chine", lance James Gibb, porte-parole de la "Fur Harvesters Auction" (FHA), une entreprise de North Bay, en Ontario, spécialisée dans les enchères de fourrure.

La Russie - avec les Etats-Unis, le Canada et la Scandinavie - est l'un des principaux producteurs mondiaux de fourrures sauvages. Toutefois, l'offre ne suffit plus pour répondre à la demande en raison de la croissance vertigineuse de l'économie et des goûts de luxe des nouveaux riches.

D'où l'intérêt de se tourner vers le Canada, réputé pour la qualité de ses peaux de castor, lynx, martre, loutre, ours et autres.

Au Canada, les trappeurs vendent leurs prises à des agents qui viennent récolter sur place la fourrure ou envoient directement les peaux à des entreprises comme la FHA ou la NAFA (North American Fur Auctions) qui organisent des ventes aux enchères attirant des acheteurs du monde entier, mais de plus en plus en provenance de Russie.

"L'industrie de la fourrure fonctionne ainsi aujourd'hui: les peaux brutes sauvages sont achetées en Amérique du Nord, puis envoyées en Chine pour en faire des manteaux. Ces manteaux sont ensuite réexportés en partie en Amérique du Nord, mais surtout en Russie", explique à l'AFP M. Gibb.

Au Canada, plusieurs entreprises ou artisans confectionnent des manteaux de fourrure sauvage, mais les coûts de la main d'oeuvre y sont plus élevés qu'en Chine.

"La Chine est un grand acheteur de fourrures brutes du Canada (...) mais elle est aussi un grand compétiteur de point de vue de la fabrication des manteaux", remarque Alan Herscovici, président du Conseil canadien de la fourrure.

L'émergence de la Chine et de la Russie constitue un important changement dans l'histoire du commerce de la fourrure.

La fourrure a fait l'objet du premier commerce effectué par les Français avec les autochtones lorsqu'ils se sont établis en permanence au Canada il y a 400 ans. Et les trappeurs européens ont exploré ces terres d'Amérique en quête de fourrures.

Le marché de la fourrure sauvage ne progresse plus depuis la fin des années 80 en Occident en raison notamment des campagnes des défenseurs des animaux, mais l'Europe continue à jouir d'un prestige particulier grâce à ses maisons de haute couture.

Dans les défilés de Milan, la fourrure a la cote ces jours-ci, les couturiers ne dédaignant pas de sculpter les pelages sauvages.

"Les centres de la mode en Europe, comme Paris et Milan, dictent les tendances de la mode et utilisent encore de la fourrure. S'ils ne le faisaient pas, la fourrure ne serait pas aussi prisée dans le reste du monde", estime Robert Cahill, président de l'Institut canadien de la fourrure, un organisme public.

Pour contrer l'influence des défenseurs des animaux et reconquérir le marché occidental, l'industrie canadienne de la fourrure sauvage vient de lancer une importante campagne de publicité sur "l'éco-fourrure".

"La fourrure sauvage a toujours été écologique (...) Si on veut réduire les gaz à effet de serre c'est une bonne idée d'acheter moins de fourrure synthétique (fabriquée à partir du pétrole) comme le proposent certains animalistes et d'acheter de la vraie fourrure", fait valoir M. Herscovici.

Par Guillaume LAVALLEE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.