×
Publicités

La rue Saint-Honoré, au coeur du dynamisme commercial parisien

Publié le
today 29 août 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le commerce parisien continue sa mue. Alors qu’une nouvelle génération de flagships investit les Champs-Elysées, et que la rive gauche connaît un ralentissement de la demande, la zone Saint-Honoré concentre à elle seule plus de la moitié des ouvertures de boutiques de luxe, tandis que Rivoli s’apprêterait à gagner quelques adresses sport et streetwear, selon le cabinet Knight Frank.


Knight Frank


Comme prévu, la disparition de Colette rue Saint Honoré a entraîné une accélération de l'offre luxe sur l’axe Saint-Honoré que le multimarque avait popularisé. Au point que la zone allant de la rue de la Paix à la place Vendôme concentre 55 % des ouvertures de boutiques de luxe prévues en 2019. Une proportion importante même au regard des 32 % d’ouvertures qu’elle concentrait en moyenne ces cinq dernières années. « Cette part élevée tient notamment au dynamise de l’horlogerie-joaillerie, avec des nombreux projets de création, d’extension ou de rénovation », indique Antoine Salmon, directeur Commerce locatif du cabinet.

Sur la quarantaine de projets recensés pour 2019, l’expert cite ainsi les opérations récentes ou en cours de Graaf (237 rue Saint Honoré), Cartier (11 rue de la Paix), Qeelin (26 place Vendôme), Gucci (16 place Vendôme) ou encore Van Cleef & Arpels (20 place Vendôme). A ceux-ci s’ajoutent le nouveau magasin Delvaux (368 rue Saint-Honoré) attendu pour 2020,  l'adresse de Céline (4 rue Duphot) dévoilée début juin, la boutique Balmain (374 rue Saint-Honoré) lancée en février, au même moment que la nouvelle adresse de Buccellati (239 rue Saint-Honoré). Une recomposition luxe qui accompagne l’extension, côté hôtellerie, de Cost, et les ouvertures prochaines des hôtels Cheval Blanc et Bulgari.


Knight Frank



Les Champs-Elysées et le triangle d’or n’ont évidemment pas été moins actifs, avec les ouvertures récentes ou attendues de Galeries Lafayette, Nike (au 79 de l'axe), Adidas et Lacoste. Ou encore Dior qui a inauguré en juillet son flagship sur 'la plus belle avenue du monde' en marge du projet d’extension de son adresse historique du 30 avenue Montaigne. Icicle prendra pour sa part ses quartiers à l’automne prochain au 35 avenue George V, tandis que l’américain Kith prépare lui-même son flagship parisien pour 2020.

Plus à l’est, sur Rivoli, l’ambiance est toute autre, avec les fermetures de H&M (88 et 118 rue de Rivoli), de Gap (au 102), de Forever 21 (au 144), et de Intersport (au 150). A celles-ci s’ajoute la veste surface de Conforama (2 rue du Pont Neuf), idéalement situé à proximité de la Nouvelle Samaritaine, arlésienne finalement attendue pour la fin d'année. « Des négociations sont en cours ou ont abouti sur quelques-unes de ces surfaces (de Rivoli, ndlr), et se traduiront notamment par l’arrivée de grands enseignes de sport et de streetwear », note Knight Frank.


Knight Frank


Les perspectives sont cependant moins reluisantes du côté de la rive gauche, qui peut moins s'appuyer sur la clientèle touristique de la capitale. Ce qui n’empêche pas quelques arrivées notables, comme celle du joaillier Arije au 41 rue de Rennes, ou la présence temporaire de Chaumet au 165 boulevard saint-Germain. Rue de Rennes, plusieurs départs sont attendus, tandis que se poursuit la rénovation du secteur Montparnasse, bientôt voisin du centre commercial Ateliers Gaité d’Unibail-Rodamco-Westfield. Dans l’ensemble, la demande plus faible sur la rive gauche cause un recul des valeurs locatives au deuxième trimestre 2019, avec 3 000 euros par an et mètre carré contre 4 000 un an plus tôt rue de Rennes, le quartier Sèvres / Saint-Germain chutant lui de 5 000 à 4 000 euros.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com