×
Publicités
Par
AFP
Publié le
27 mai 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La saga scintillante du joaillier italien Bulgari s'expose à Rome

Par
AFP
Publié le
27 mai 2009

ROME, 27 mai 2009 (AFP) - Elizabeth Taylor ne connaîtrait qu'un seul mot d'italien... celui de Bulgari : le joaillier expose cent vingt-cinq ans de créations à Rome, une rétrospective scintillante qui fait la part belle à la Dolce Vita et à ses divas, à mille lieux de la crise.


Un collier Bulgari datant des années 1960 exposé à Rome, le 25 mai 2009
Photo : Filippo Monteforte/AFP

L'exposition s'ouvre sur les objets en argent que Sotiris Boulgaris apprit à travailler avec son père dans sa Grèce natale : ceintures, fibules, colliers, boutons, châtelaine porte-lunettes ou couverture de missel.

Trois ans après son arrivée à Rome, celui qui est devenu entre-temps Sotirio Bulgari ouvre au coeur de la ville sa première boutique d'"antiquités, bijoux, curiosités", suivie en 1884 via dei Condotti d'une "Old Curiosity Shop", clin d'oeil au roman de Charles Dickens et encore aujourd'hui siège de la maison.

Les premiers bijoux de platine et diamants apparaissent au début des années 1910. La maison Bulgari se lance aussi un peu plus tard dans les bijoux "transformables" : le bracelet en broches, le collier en bracelets ou en tiare.

En 1932, le fils de Sotirio, Giorgio, créée pour sa fiancée la bague "trombino", un modèle où les diamants entourent la pierre et recouvrent tout l'anneau. Elle deviendra un produit-phare de la maison.

Bulgari perfectionne aussi l'art du "Tremblant", une broche dotée d'un minuscule mécanisme qui la fait scintiller au moindre mouvement.


Des colliers Bulgari exposé à Rome, le 25 mai 2009 - Photo : Filippo Monteforte/AFP

La taille "cabochon" qui consiste à polir la pierre et non pas à la travailler en facettes et l'explosion des couleurs - le vert des émeraudes, le rouge des rubis, le bleu des saphirs mélangés dans un même bijou - vont donner une identité à Bulgari, dégagés du "style parisien", qui est alors la référence dans la haute joaillerie.

Suprême hommage, un journal français écrira dans les années 50 qu'"un bijou Bulgari se reconnaît comme se reconnaît un tailleur Chanel".

Peu après, Bulgari entre dans l'âge d'or de la Dolce Vita au début des années 60 : si Anna Magnani préfère les rubis, Gina Lollobrigida les émeraudes, Sophia Loren et Ingrid Bergman les diamants, toutes les stars de l'époque vont briller à l'écran ou dans les soirées en "Bulgari".

"L'utilisation des couleurs, en particulier des saphirs de toutes les tonalités et une pierre, même la plus belle, intégrée dans le bijou pour former un tout ont créé un style que tout le monde a copié", souligne la commissaire de l'exposition Amanda Triossi.

Parmi les quelque cinq cents pièces mises en scène dans des pièces plongées dans l'obscurité pour faire ressortir les pierres, une salle entière est consacrée à la collection d'Elizabeth Taylor, pour la première fois exposée en Europe.


Des boucles d'oreilles Bulgari, devant une photo de l'actrice Elizabeth Taylor, au Palais des expositions de Rome, le 25 mai 2009 - Photo : Filippo Monteforte/AFP

"L'un des plus gros avantages de travailler sur Cléopâtre à Rome, c'était la merveilleuse boutique Bulgari", confiait la star américaine.

Une citation de son mari, l'acteur Richard Burton, avec lequel elle tourna ce péplum qui sortira en 1963, lui fait écho : "J'ai fait connaître la bière à Liz, elle m'a fait connaître Bulgari".

Parmi les plus belles pièces exposées, figurent un énorme saphir de soixante-cinq carats que Burton offrit à Liz pour ses quarante ans et une lourde parure d'émeraudes et diamants portée par la diva dans sa piscine en compagnie de son perroquet qu'immortalisera le photographe Helmut Newton en 1985.

C'est avec la même opulence que Bulgari, resté aux mains de la famille fondatrice, est entré dans le XXIe siècle comme le montre les bijoux les plus récents: un sautoir en "simple" soie tressée pour un saphir - pierre de prédilection de la maison - de plus de 300 carats ou un collier-plastron pavé de cent soixante-neuf saphirs et neuf cent cinquante et un diamants.

L'exposition se tient au Palais des expositions jusqu'au 13 septembre.

Par Françoise MICHEL

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.