×
5 146
Fashion Jobs
BA&SH
Directeur·Trice Qualité
CDI · LOUVRES
GALERIES LAFAYETTE - CB
Acheteur Maroquinerie Accessoires Femme Luxe H/F
CDI · PARIS
BA&SH
Senior E-Commerce Business Analyst f/m
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Chef de Projet E-Commerce
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Responsable Des Ressources Humaines France et Europe H/F
CDI · PARIS
HERMES
CDI - Chef de Projet Aménagement & Travaux (H/F)
CDI · LE PRÉ-SAINT-GERVAIS
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Emea Financial Controller H/F
CDI · PARIS
GROUPE COURREGES
Juriste Généraliste
CDI · PARIS
GUESS FRANCE
Gestionnaire RH
CDI · PARIS
GUESS FRANCE
Attaché Commercial Wholesale H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Coordinateur Industrialisation et Méthodes H/F
CDI · PARIS
SABON
Responsable E-Commerce & Acquisition West Europe (H/F/x)
CDI · ISSY-LES-MOULINEAUX
FRANCK PROVOST
Chargé(e) de Coordination Filiales - H/F
CDI · NEUILLY-SUR-SEINE
FASHION EXPERT
Responsable Commercial(e)
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Responsable Commercial(e)
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Responsable Commercial(e)
CDI · PARIS
GROUPE L'OCCITANE
CDI - Chef de Produit Marketing Opérationnel H/F - Melvita
CDI · PARIS
AMPLHIRE
Social Media & Marketing Manager Passionné(e) Par l'Horlogerie de Luxe
CDI · PARIS
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Commercial Wholesale H/F Sud-Est
CDI · AIX-EN-PROVENCE
ALEXEIN CONSEIL
E-Commerce Manager
CDI · PARIS
CHERCHEMINIPPES
Vendeur(se)/Acheteur(se)
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE - CB
Manager de Vente Week-End - Services à la Clientèle - CDI H/F
CDI · PARIS
Publicités
Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
22 janv. 2023
Temps de lecture
7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La semaine de la Haute Couture, au chiffre d'affaires considérable, s’ouvre ce lundi à Paris

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
22 janv. 2023

La semaine Paris haute couture – la quintessence de la mode – s’ouvre ce lundi, avec un calendrier ultra chargé, assuré par de grands noms audacieux et pléthore de jeunes espoirs, pour ce qui s’annonce comme une des saisons les plus intrigantes de ces dernières années.
 
Les deux griffes françaises les plus célèbres au monde, Dior et Chanel, ouvriront le bal mardi et jeudi. Deux maisons italiennes assureront le clou du spectacle mercredi et jeudi – Valentino et Fendi. Tandis que Giorgio Armani offrira un défilé de gala, mardi soir.


Christian Dior - Automne/Hiver 2022 - 2023 - Haute Couture - France - Paris - © ImaxTree


Mais le défilé le plus attendu sera sûrement celui de Haider Ackermann, chez Jean-Paul Gaultier: il est le quatrième créateur invité par la maison pour une saison unique et sa collection haute couture. Ses trois prédécesseurs, Chitose Abe, Glenn Martens et Olivier Rousteing, ont tous présenté des défilés sensationnels. Couturiers extrêmement talentueux, Haider Ackermann présentera à son tour ses trouvailles au siège historique de Gaultier, dans un coin dynamique du IIIè arrondissement.

Même si d’après la plupart des estimations, la clientèle de la Haute Couture ne compte même pas 5.000 personnes, son influence reste immense. Et son magnétisme, aussi. Une flottille géante de limousines s'apprête donc à sillonner Paris pour relier les principaux défilés, organisés dans des lieux historiques – comme le Musée Rodin, pour Dior.

La calendrier officiel de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode, la plus haute instance de la mode française, affiche 29 marques au compteur, en commençant par Schiaparelli place Vendôme lundi matin, à 10h00, et en terminant par Robert Wun, jeudi à 18h00.

Comme c’est désormais l’habitude, un petit nombre de griffes de prêt-à-porter emboîteront le pas aux maisons de couture, et profiteront de la présence de nombreux rédacteurs et VIPs pour organiser leurs propres défilés. Mugler et Zadig & Voltaire présentent ainsi des événements nocturnes, jeudi et vendredi soir.

Mais cela reste du menu fretin comparé aux grandes maisons de Haute Couture, qui facturent souvent plus de 100.000 euros le costume fait main, et quatre fois plus pour une robe de mariée. Tous les défilés couture sont traditionnellement conclus par une Marianne, ou robe de mariée.

Des milliers d’artisans, de brodeuses, de couturières, de cordonniers et de modistes contribuent à faire de la saison de Haute Couture le temps fort le plus exceptionnel de la mode. Difficile de quantifier son véritable impact économique, mais en additionnant le chiffre d’affaires annuel de toutes les griffes qui défilent, on dépasse les 30 milliards d’euros.

Des maisons venues des quatre coins de la planète



Signe de l’internationalisation de la couture et des couturiers, il y aura six marques italiennes, quatre libanaises (Elie Saab en tête), deux indiennes et deux hollandaises, et une maison par pays pour représenter la Chine, le Maroc, le Cameroun et les États-Unis.

Mais le cœur de la saison reste assuré par les maisons françaises, des plus historiques à la jeune génération – avec notamment Alexandre Vauthier, Stéphane Rolland et Julie de Libran.

Apparaître au sacro-saint calendrier de la Haute Couture est extrêmement compliqué, et il faut d’abord être approuvé par un comité secret de la Fédération, dont la composition n’est jamais divulguée officiellement. En fin de compte, le calendrier associe membres de plein droit, membres correspondants ayant déjà fait un carton, et invités novices.

Conséquence de cette organisation, quelques dizaines de "couturiers supplémentaires" présenteront des défilés et présentations d’envergure plus réduite un peu partout dans la ville, de façon indépendante – avec l’ukrainien Frolov ou l'indien Vaishali, pour n’en mentionner que deux.

Mais les grandes maisons restent toujours les plus cotées: celles qui considèrent à juste titre la Haute Couture comme un authentique laboratoire de la mode, réunissant prouesses technologiques, innovations des matières et rêves de créateurs.

La mode compte quatre capitales majeures: Londres, Milan, New York et Paris. Mais il n’y a qu’à Paris qu’on voit de la Haute Couture, et c’est pour cette raison que la cité française reste numéro un mondiale sur la carte de la mode.

Rencontre avec Pascal Morand, président exécutif de la Fédération



Pour en savoir davantage sur la vision française et les enjeux de la Haute Couture, nous avons rencontré Pascal Morand, président exécutif de la Fédération, pour qu’il nous livre ses prévisions d'avenir.  
 
Fashion Network: Quelle rôle joue la Haute Couture pour la mode ? Et pour la France ?
 
Pascal Morand: Le statut juridiquement encadré de la Haute Couture est une exception française, qui promeut et protège sa créativité et son caractère unique, son savoir-faire et sa capacité à innover. Cette appellation symbolise une tradition française unique et reconnue dans le monde entier. Elle implique tout un écosystème de métiers et de formations, où les métiers d’art et les ateliers sont sur le devant de la scène. En plus des membres Haute Couture, la semaine accueille des maisons venues des quatre coins de la planète: que ce soit en qualité de membres correspondants ou de membres invités, sélectionnés chaque saison par la commission de la Chambre syndicale de la Haute couture, sous la houlette de son président Sidney Toledano.
 
FNW: Combien la Haute Couture pèse-t-elle dans l’économie parisienne ou française ?

PM: La Haute Couture est très puissante, économiquement parlant. Elle stimule l’imaginaire et représente une figure de proue pour toute l’économie de la mode. Le marché de la Haute Couture a récemment été estimé à 11,5 milliards de dollars pour 2021, avec un prévisionnel de 13,5 milliards d’ici 2028. Le secteur emploie plusieurs milliers de personnes, directement ou indirectement, avec les arts et savoir-faire qui lui sont associés. Au-delà des chiffres, l’impact qualitatif de la Haute Couture est très important, comme l’atteste l’impact médiatique de la semaine de Haute Couture (le Media Impact Value, ou MIV), évalué à 120 millions d’euros en juillet 2022. Elle représente de fait un moteur et une influence cruciale pour le prêt-à-porter créatif, et même bien au-delà. La Haute Couture incarne Paris en tant que capitale mondiale de la mode, du savoir-faire et de la créativité.
 
FNW: Beaucoup de grandes maisons de couture – comme Dior ou Chanel – se portent à merveille. Pourquoi la nouvelle génération a-t-elle plus de mal à se faire une place ?
 

PM: L’arrivée de nouveaux membres invités ces dernières années, comme Yuima Nakazato, Imane Ayissi, Julie de Libran, Maison Sara Chraibi, Gaurav Gupta ou Robert Wun, est le signe d’une nouvelle génération qui monte en puissance. La Haute Couture exerce une force d’attraction qui renforce son pouvoir. Mais bâtir une maison de couture reste un immense défi. Les jeunes créateurs peuvent décider de se mettre au sur-mesure. Mais pour être sélectionné en tant que membre invité au calendrier officiel, il faut être extrêmement créatif et innovant, et aussi travailler avec les métiers d’art et les ateliers. 
 
FNW: Quelles sont les aides apportées par la Fédération ou par le gouvernement français aux couturiers qui démarrent ?

PM: La Fédération leur apporte un soutien considérable, grâce à son ambitieuse Initiative marques émergentes. De plus, la Fédération bénéficie de l’aide du DEFI pour financer les défilés de jeunes créateurs.
 
FNW: Pierre Bergé a annoncé la mort de la Haute Couture pendant des années, mais cette saison, le programme compte quatre journées densément chargées. Selon vous, qu’est-ce qui explique un tel revival de la couture ? 

PM: Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, où la créativité, le savoir-faire, le caractère unique et la personnalisation sont recherchés dans tous les secteurs de l’économie et de la société. La Haute Couture, c’est la quintessence de cette tendance profonde, renforcée par le besoin de compenser l'expansion du numérique par des émotions physiques et sensorielles. En ce sens, la Haute Couture est aux avant-postes de la modernité
 
FNW: Qu’avez-vous fait pour réduire l’empreinte carbone de la Haute Couture ?

PM: Dans la Haute Couture, chaque pièce est conçue et fabriquée pour être durable, de la première étape à la dernière. L’intelligence de la main, associée au caractère unique et à la valeur intemporelle de la couture, c’est l’essence même du développement durable.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com