×
Publicités

La Semaine de la Haute Couture virtuelle célèbre Paris en grand

Publié le
8 juil. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Semaine de la Haute Couture numérique s’est achevée mercredi par une journée riche et intense, mettant en avant plus que jamais la capitale française. Durant ces trois jours de Fashion Week digitale, de nombreux couturiers ont rendu un hommage appuyé à la Ville Lumière sans laquelle la Haute Couture n’existerait pas. A l’instar de Franck Sorbier, Christophe Josse et Bouchra Jarrar.
 

La ballade parisienne de Christophe Josse - LUCCA - LUCCAPABLOPROD 2020


Franck Sorbier nous plonge au cœur de la capitale, dans un passé imaginaire entre XVIIe et XIXe siècles à travers le décor romano-gothique du prieuré de Saint-Martin des Champs, qui fut transformé après la Révolution française en musée et Conservatoire national des Arts et Métiers.
 
Dans ce beau film aux tonalités sombres, trois personnages se poursuivent entre arcades, nef et cour pavée, frôlant le célèbre plâtre original de la statue de la Liberté, qui se trouve symboliquement emmaillotée, ou s’affrontant autour du pendule de Foucault, tandis qu’un cheval noir surgit dans la scène finale.

Les protagonistes, deux femmes en longues robes de dentelle noires, les épaules couvertes d’un châle Paisley en cachemire et soie aux typiques motifs persans, et un homme au visage couvert par le célèbre masque blanc à long bec incurvé des médecins de la peste du XVIIe siècle, restituent sous nos yeux l’atmosphère angoissante de la pandémie, au passé comme au présent.


Le film de Franck Sorbier



Ce film d’une douzaine de minutes réalisé par Amaury Voslion sur une idée de Frank Sorbier, avec les trois acteurs Ophélia Kolb, Jeade Pasquier et Alexandre Risso, en annonce en fait un autre. Ce n’est que le "Prélude", qui sera suivi le 21 septembre prochain par la projection au sein de l’église du Musée des Arts et Métiers de "Révélation", le deuxième volet et film entier consacré à cette collection pour l'hiver 2020/21. 
 
Christophe Josse a joué quant à lui à fond la carte de Paris pour présenter l’ensemble de sa collection Haute Couture pour l’automne 2020. Le couturier nous embarque cette fois dans un Paris éternel, qui pourrait être celui d’hier ou de demain. Une merveilleuse ballade nocturne d’une dizaine de minutes sous les étoiles et les lumières scintillantes de la capitale.
 
"La nuit, Paris est à nous", semble nous dire le couturier, qui ne pouvait choisir meilleur décor pour exalter sa collection… En toute sécurité, puisque ses mannequins déambulent seules dans une ville déserte, qui n’est pas sans rappeler la récente période du confinement.
 
Les modèles endossant tour à tour robes diaphanes, amples capes de vent, manteaux de nacre diaprée, tuniques brodées et maxi jupes plissées, foulent de leurs sandales les pavés parisiens, notamment sur les quais, le long de la Seine. Elles se succèdent l’une après l’autre à chaque fois dans un lieu différent, sortant du métro pour s’élancer dans une promenade infinie, qui les mènera jusqu’au bout de la nuit.
 

Duel autour du pendule de Foulcault pour la maison - Franck Sorbier


Rien ne manque à ce Paris de cartes postales. Ni le banc sous les réverbères de la place Dauphine, ni le romantique pont des Arts, ni l’enfilade des arcades du Palais Royal. Le tour se termine à l’aube, sur l’esplanade du Trocadéro face à l’incontournable Tour Eiffel.
 
C’est au pied de la Tour Eiffel, mais de l'autre côté de la perspective, que débute la vidéo de Bouchra Jarrar, où les jumelles Aissa et Aida se baladent et s’amusent à se prendre en selfie. On retrouve les deux jeunes filles un peu plus tard, tournoyant dans l’appartement parisien de la styliste, en compagnie d’un copain. 
 
Ce court métrage intimiste exprime avec fraîcheur l’allure parisienne, caractérisée à la fois par une simplicité nonchalante et un style un brin rebelle. Les deux sœurs s’échangent dans un esprit joyeux les pièces intemporelles de la garde-robe de Bouchra Jarrar : le manteau noir, la chemise blanche, le costume avec la veste-gilet sans manches, le top décoré de plumes, la jupe en tulle…

Ambiance intimiste chez la styliste - Bouchra Jarrar

 
Comme elle l’explique dans sa note d’intention, la designer a voulu raconter avant tout la fraternité et son universalité, la tendresse, la légèreté mais aussi la profondeur des sentiments.

De Paris, il était aussi fortement question dans le film de Giambattista Valli, lundi, chaque modèle s'inspirant d'un paysage de la capitale. Maison Rabih Kayrouz y faisait subrepticement référence, aussi, à travers une image rapide de la cour de l’atelier du styliste libanais, situé boulevard Raspail. Sur ce même boulevard se trouve non loin de là l’appartement de Julie de Libran, qui a servi de cadre à sa vidéo ce mercredi.
 
Enfin, dans la vidéo envoyée par Jean Paul Gaultier, parmi les événements virtuels parallèles célébrés par la plateforme de la Fédération de la Haute Couture et de la mode, on pouvait clairement entrevoir la rue Saint Martin, où se trouve le siège de la maison... juste en face du Conservatoire national des Arts et Métiers. L'occasion de découvrir dans ce film, intitulé "The show must go on", les coulisses d'un défilé "qui n'en est pas un" et d'admirer une dernière image panoramique sur les toits de la plus belle ville du monde.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com