×
Par
AFP
Publié le
12 févr. 2007
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Semaine de la mode de Londres a pris son envol

Par
AFP
Publié le
12 févr. 2007

LONDRES, 12 fév 2007 (AFP) - La Semaine de la Mode est entrée dans le vif du sujet lundi à Londres avec plusieurs défilés très attendus alors que la polémique sur les mannequins trop minces a été soulevée dès les premiers podiums.


Un modèle présente une création de John Rocha lors de la semaine de la mode à Londres, le 12 février 2007
Photo : John D Mchugh/AFP

Trois des quatre premiers créateurs à défiler à Londres ont tenu à souligner que leurs mannequins portaient une taille de vêtement minimum de 38 pour Caroline Charles et Peter Ingwersen, styliste de Noir, et 36 pour Paul Costelloe. Le styliste John Rocha, né à Hong Kong mais vivant en Irlande, a déclaré avoir "depuis le début" imposé une taille minimale 8 (36 en France).

De son côté, l'Américain Ben de Lisi n'est pas favorable à une taille minimum: "les filles en bonne santé ont leur place sur le podium", a-t-il déclaré à l'AFP.

Aussi vive soit elle, la polémique n'a pas empêché la création. Depuis dimanche, les collections se succèdent rivalisant de créativité, de matières et, parfois de couleurs éclatantes.

Carnaval de Venise et inspiration orientale pour Caroline Charles, le Paris de la fin des années 60 pour la collection plus classique de Paul Costelloe ou encore le Berlin des années 30 pour Noir, c'est un véritable voyage dans l'espace et dans le temps qui a été proposé au public sous la tente installée à proximité du musée d'Histoire naturelle, dans le centre de Londres.

Pour John Rocha, surnommé le magicien des ciseaux, tout est "dans la texture et dans la forme" avec une inspiration dans la mode masculine. "J'ai trouvé très excitant de voir de jeunes hommes porter des blazers habillés avec des bonnets et autres choses" qui viennent de la musique ou de la rue, a-t-il expliqué à l'AFP.

Une cinquantaine de créateurs vont défiler d'ici à vendredi dans le cadre du programme officiel.

Les défilés les plus attendus lundi sont ceux du styliste indien Manish +Arora et de Todd Lynn, très apprécié des stars du rock notamment U2 et les Rolling Stones. Julien Macdonald mardi et Giles jeudi font également partie des favoris.

C'est Marc Jacobs, qui participe pour la première fois à la London fashion week, qui fermera la marche en apothéose. Sa présentation devrait attirer des célébrités parmi lesquelles, selon la rumeur, la réalisatrice américaine Sofia Coppola.

Le débat sur le poids des mannequins, lancé après le décès de deux jeunes mannequins avant les collections présentées à l'automne dernier, a resurgi sur le devant de la scène internationale à la veille des grands défilés des collections automne-hiver 2007. Londres n'y a pas échappé.

Le British fashion council (BFC), organisateur de l'événement, n'est pas favorable à une loi mais a demandé à l'industrie britannique d'engager des jeunes filles en bonne santé et ayant au moins 16 ans.

Le ministre britannique de la Culture Tessa Jowell ne veut pas non plus légiférer mais a néanmoins soutenu l'idée d'un contrôle médical pour les mannequins et a critiqué les créateurs employant des filles souffrant de désordres alimentaires.

Moins prestigieuse pour ses défilés que Paris, New York et Milan, la capitale londonienne est parvenue pour la seconde fois à attirer un grand nom de la couture internationale: en septembre, pour la présentation des collections printemps-été, c'est l'Italien Giorgio Armani qui avait fait le voyage.

En 2005, près de 38 milliards de livres sterling (57 milliards d'euros) ont été dépensées en vêtements en Grande-Bretagne, dont 21 milliards pour les femmes (31,5 milliards d'euros).

Par Elodie MAZEIN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.