×
Publicités
Par
AFP
Publié le
21 sept. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La semaine milanaise de la mode se réorganise et déménage

Par
AFP
Publié le
21 sept. 2006

PARIS, 21 sept 2006 (AFP) - La semaine milanaise de la mode propose à partir de samedi 23 septembre plus de 220 collections de prêt-à-porter féminin pour le printemps-été 2007 et inaugure un nouvel espace de défilés, en pleine polémique sur la maigreur des mannequins.


Lorenzo Riva - Photo : Antonio Calanni/AP

"Offrir au public des mannequins trop maigres est une erreur", a déclaré récemment la mairesse de Milan, Letizia Moratti, selon le quotidien italien Corriere della Sera.

"Si l'on ne trouve pas une solution raisonnable au problème, nous arriverons aussi" à une interdiction de défiler comme celle infligée par les autorités régionales madrilènes à cinq mannequins jugés trop maigres, a-t-elle prévenu.


Lorenzo Riva - Photo : Antonio Calanni/AP

De son côté, le président de la Chambre nationale de la mode italienne, Mario Boselli, a juré n'avoir "jamais vu d'anorexique" en 50 ans de défilés, "peut-être deux maigres au maximum". "Le bon sens doit prévaloir", a-t-il souligné, assurant qu'à Milan, "les mannequins portent en moyenne du 40".

C'est sans aucun doute le cas de ceux qui ouvrent le bal samedi à 11H00, en présentant la collection Elena Miro, marque spécialisée dans les femmes plutôt pulpeuses.


Blugirl's - Photo : Max Rossi/Reuters

Dans un souci de clarification d'un programme parfois jugé brouillon, les organisateurs ont décidé de consacrer les deux premiers jours aux jeunes talents et aux marques émergentes ou plus commerciales, les six autres aux défilés de dimension internationale, avec une organisation plus rationelle. Cinq marques, inscrites en début de calendrier, défilent pour la première fois (Ab Soul, Miss Bikini, Pin Up Stars, Shirt Passion, Sonia Fortuna).


Blugirl's - Photo : Max Rossi/Reuters

"Il y a un an, quand on a cédé à la pression américaine qui voulait qu'on concentre les défilés importants sur quatre jours seulement, la résultat a été un désastre", souligne M. Boselli. "Tout a été mal fait, non seulement les petits défilés, mais aussi les grands".

Les griffes les plus connues entrent dans la danse à partir de lundi, le coup d'envoi étant donné par Salvatore Ferragamo à midi. Les autres grands noms, pour la plupart italiens, s'égrènent jusqu'au samedi inclus.

Cinq marques organisent deux défilés : Giorgio Armani, Prada, Gucci, Jil Sander et Gianfranco Ferré.

La semaine s'achèvera le samedi 30 septembre au soir avec les défilés de trois stylistes russes : Julia Dalakian, Larissa Pogoretskaya et Max Chernitsov.

La moitié des défilés, soit une cinquantaine, se déroulent dans un nouvel espace, le Milano Fashion Center, qui comprend quatre salles d'une capacité de 450 à 1 200 places. "C'est un événement historique pour l'industrie de la mode qui va bénéficier d'un endroit idéal pour son développement futur", s'est réjoui Mario Boselli. Depuis 25 ans, une partie des défilés avait lieu dans les locaux de la Foire de Milan (Fiera de Milano).

La Chambre nationale de la mode italienne et la Chambre de commerce de Milan organisent par ailleurs conjointement un défilé consacré aux jeunes talents samedi à 13H. Baptisé "ReGeneration", il présentera le travail des Chinois Lily et Silique et de l'Indien Varun Bahl.

Parallèlement aux défilés, 123 collections font l'objet de présentations en show-rooms ou sur rendez-vous.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.