×
6 479
Fashion Jobs
Publicités

La vente au détail au Royaume-Uni a perdu 85 000 emplois en un an

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 30 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Affaiblissement de la demande, incertitudes liées au Brexit... Dans un contexte économique tendu, les détaillants britanniques ont supprimé près de 85 000 emplois en un an.


Karen Millen a fermé ses boutiques pour privilégier une distribution en ligne, entraînant la suppression de centaines d'emplois. - Sandra Halliday


Au troisième trimestre de l'année en cours, le nombre d'employés opérant dans le commerce de détail a diminué de 2,8 % par rapport à la même période en 2018 : il s'agit du 15ème trimestre consécutif de déclin, selon le British Retail Consortium, le syndicat professionnel qui rassemble les entreprises du secteur au Royaume-Uni.

Ces licenciements témoignent du changement structurel à l'œuvre dans le secteur de la vente au détail britannique — s'ils veulent survivre, les revendeurs sont bien obligés de s'adapter à l'essor du e-commerce et d'améliorer l'expérience consommateur dans leurs points de vente.

Le secteur de la mode est particulièrement concerné par ces suppressions d'emplois. Les marques Karen Millen et Coast ont fermé leurs 32 magasins à la fin du mois de septembre et seront dorénavant distribuées exclusivement sur Internet, ce qui a entraîné la perte de centaines d'emplois, tandis que d'autres chaînes nationales comme Mothercare, New Look, Marks & Spencer et House of Fraser ferment également des adresses sur le sol britannique.

Par ailleurs, la chaîne de magasins de vêtements britannique Bonmarché a été placée sous administration judiciaire la semaine dernière, mettant en péril près de 3 000 emplois.

D'autres entreprises lancent des plans de réduction des coûts afin d'assurer leur rentabilité et de compenser l'impact des hausses des taux d'imposition des entreprises, des taxes d'apprentissage et du salaire minimum des apprentis.

"L'affaiblissement de la demande et les incertitudes liées au Brexit exercent une forte pression sur les détaillants, qui font déjà de gros efforts pour suivre les évolutions du secteur. Si les députés s'insurgent contre les pertes d'emplois dans le secteur manufacturier, leur réaction face aux pertes - plus importantes - dans le commerce de détail est restée modérée", déplore Helen Dickinson, directrice générale du British Retail Consortium.

"La politique du gouvernement devrait permettre aux détaillants d'investir davantage pour garantir les emplois des millions de personnes qui choisissent de faire carrière dans le commerce de détail. Pour promouvoir l'innovation, la formation et la productivité, le gouvernement doit réformer à la fois le système de taux d'imposition pour les entreprises en difficulté et la taxe d'apprentissage, beaucoup trop rigide. Cela permettra aux détaillants de se concentrer sur l'amélioration de leurs réseaux numériques et physiques, de soutenir le renforcement de leurs équipes et de préserver l'attrait et la diversité des grandes places commerciales."

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com