×
5 784
Fashion Jobs
Publicités

La vente directe sur une belle dynamique en France, mais peu dans l’habillement

Publié le
today 1 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Si les grands réseaux de distribution physique - hypermarchés, enseignes de mode moyen de gamme... - sont pour certains à la peine, le canal de la vente à domicile se porte bien en France. Selon la Fédération de la Vente Directe (FVD), ce secteur a connu une croissance de 3 % en 2018, ce qui correspond à 4,58 milliards d’euros de ventes globales dans l’Hexagone. Un élan qui se confirme, puisqu’en six ans, ce montant a progressé de 13 %.


La rentabilité moyenne des entreprises pratiquant la vente à domicile est de 17 % selon la FVD. - Shutterstock


La vente à domicile concerne de nombreux secteurs d’activité : en premier lieu l’habitat (33%), puis la gastronomie (22%), le bien-être et la diététique (14%), la cosmétique (9 %), l’entretien ménager (6 %), et les loisirs créatifs (3 %).

La mode et le textile pèsent quant à eux pour 10 % du secteur en 2018, ce qui est un ratio en recul puisqu’il était de 12 % en 2017. Parmi les acteurs tricolores, on peut citer Charlott’ Lingerie qui fête cette année ses 25 ans et revendique 25 millions de chiffre d’affaires annuel, Captain Tortue, Elora ou encore Mazélie & Co.

Sur d’autres créneaux que la mode, de grands acteurs habitués des réseaux retail se frottent désormais à ce canal de vente. « Ce mode de distribution a acquis sa légitimité en raison d’une expérience client exceptionnelle qui séduit de nombreux groupes à la recherche de nouveaux leviers de croissance », pointe la FVD. C’est le cas par exemple d’Optic 2000, qui vient de lancer à la rentrée un service de vente de lunettes chez les particuliers.

Côté forces vives, la vente directe concerne en France près de 700 000 personnes (soit 6915 emplois de plus en 2018), qui organisent des réunions de vente chez eux ou chez des particuliers. Il s’agit pour 40 % d’entre elles de leur activité principale, et pour d’autres d’un complément de revenu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com