×
Publié le
11 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Laine française: le projet Tricolor forme son collectif

Publié le
11 déc. 2020

Lancé en 2018 pour positionner la laine française comme alternative aux productions australiennes ou néo-zélandaises, le projet Tricolor devient désormais un collectif rassemblant fédérations, éleveurs et marques. Au-delà de plusieurs projets pilotes se prépare, à plus longue échéance, un label pour la laine made in France.


Shutterstock


Après avoir inauguré en septembre 2019 un showroom parisien doté d’une matériauthèque dédiée, Tricolor continue de se structurer. Le Conseil National du Cuir vient d’annoncer avoir rejoint les rangs d’un collectif comptant déjà 35 membres, qui compte notamment le groupement Savoir Faire ensemble, l’UITH Nord et trois fédérations d’éleveurs. Sans oublier LVMH, Le Slip Français, Saint James, Tediber, Tissage de France, le Passe-Trame et autres.

“Il nous fallait structurer notre démarche”, explique à FashionNetwork.com Pascal Gautrand, à l’origine du projet. “Nous avons commencé la mise en place de certaines de nos commissions, dans lesquelles prennent part membres fondateurs et professionnels extérieurs. Et nous mettons en place des projets pilotes qui permettent de régler des cas concrets, car nous ne voulons pas travailler sur du théorique. C’est sur du concret que par exemple l’élevage et la distribution peuvent apprendre à travailler ensemble. Et on sent d’ailleurs une certaines appétence autour des possibles collaborations”.

Trois projets pilotes sont déjà concrètement engagés. Le premier vise à tester la qualité des différentes laines françaises avec les groupements d'éleveurs. Sur les 14 millions de kilos de laine que représente le gisement national, il faut en effet compter avec 58 races, et des modes d’élevages variés. Des laines qui se retrouvent mélangées pour donner une “laine croisée”. D’où une volonté de mener un état des lieux, qui permettrait notamment d’éclairer les éleveurs sur le devenir de leur laine, sur lequel ils n’ont pour l’heure peu ou pas de visibilité.

Un autre projet pilote cible le parc naturel régional du Haut-Languedoc. Territoire faisant le pont entre le Massif Central, premier troupeau d’Europe, et l’industrie textile installée autour de Castres et Mazamet. L’objectif est de resserrer les liens et mettre en avant la production locale. Tout en associant la démarche à une recherche autour des colorants naturels issus de plantes invasives locales. Une quinzaine de plantes seraient pour l’heure à l’essai.


Shutterstock



Le troisième projet pilote mobilise les DNVB, et en particulier Le Slip Français, 1083, Balzac et Tediber. Celles-ci vont porter au printemps une grande campagne de financement participatif. Cette dernière a pour vocation de communiquer auprès du grand public et des professionnels et de mobiliser des fonds pour le développement des opérations du collectif. Collectif qui travaille par ailleurs avec des cabinets de conseil pour poser les premiers jalons vers l’établissement d’un label.

“Avant d’en arriver-là, il faut établir un cahier des charges, métier par métier, chaînon par chaînon, pour bien identifier les enjeux de chacun, et décider ce qu’un label pourrait mesurer”, explique Pascal Gautrand, qui évoque des critères intégrant le respect de l’environnement ou le bien-être animal. Avec en toile de fond l’ambition de faire passer de 4 à 24% d’ici 2024 la part de laine produite et transformée en France.

Tricolor travaille par ailleurs à débloquer des financements auprès des ministères et de la direction générale des entreprises, notamment dans le cadre du projet France Relance. Le projet, qui intègre des géants du luxe jusqu’aux DNVB, en passant par des représentants de toutes les étapes de transformation, rejoint en effet le voeu de "souveraineté industrielle” émis par l’Elysée au printemps. Il est également porteur de savoir-faire menacés: Tricolor compte en effet dans ses rangs le dernier spécialiste français du lavage de laine, de même que les derniers tenants du peignage et de la fabrication de feutre à chapeau.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com