×
Publicités
Publié le
29 avr. 2022
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lanvin Group veut accélérer aux Etats-Unis via l’e-commerce

Publié le
29 avr. 2022

Lanvin Group confirme ses ambitions en Amérique du nord. Le groupe de luxe chinois (ex Fosun Fashion Group), qui s’apprête à se coter à la Bourse de New York, travaille à renforcer sa présence sur ce marché, son deuxième principal débouché après l’Europe, représentant 33% de son chiffre d’affaires total. Il vient d’annoncer un partenariat commercial avec Shopify afin de booster ses ventes en ligne dans cette région, notamment celles de ses marques Lanvin et Sergio Rossi.


Le premier à basculer sur la nouvelle plateforme sera le chausseur italien - Sergio Rossi


Au 30 septembre 2021, le groupe comptabilisait 212 points de vente aux Etats-Unis, dont des boutiques monomarques, des shop-in-shop, des outlets et des pop-ups. L’an dernier, il a atteint 109 millions d’euros sur le marché nord-américain, soit un tiers de son chiffre d’affaires total s’élevant à 333 millions. Ses ventes ont bondi de 28% dans cette région en 2021, tandis que le groupe y estime le taux de croissance moyen annuel à +27% sur cinq ans (2021-25).

C’est dire si ce marché est au cœur de la stratégie de Lanvin Group, qui envisage d’y ouvrir plusieurs dizaines de magasins d’ici à 2025. Mais au-delà du réseau retail, il entend surtout muscler son e-commerce, d’où son accord avec l'éditeur canadien de solutions e-commerce Shopify, qui va lui permettre de créer une plateforme digitale desservant en Amérique du nord les principales marques figurant à son portefeuille. Parallèlement, il va renforcer ses infrastructures locales (logistique, équipes, entrepôts).

Le premier à bénéficier de cet accord devrait être le chausseur italien Sergio Rossi, la dernière acquisition de Lanvin Group fin 2021, dont les ventes en ligne sont pour l’instant centralisées en Europe, aux côtés de la griffe de luxe française Lanvin, comme le précise la société dans un communiqué: "A compter du second semestre 2022, Lanvin et Sergio Rossi deviendront ainsi les premières marques du groupe à passer sur la plateforme numérique dédiée au marché nord-américain, leur permettant d'exploiter de nouvelles opportunités de croissance grâce à des capacités numériques de pointe sur le plus grand marché de la mode de luxe au monde".
 
Cette plateforme permettra surtout aux labels du groupe de se concentrer sur "les produits et les clients" pour offrir "une expérience client de premier ordre avec des articles et du contenu dédiés, ainsi que des services d'achat omnicanal optimisés et localisés", indique Lanvin Group, qui envisage d’amener sur cette plateforme dans un deuxième temps aussi ses autres maisons, tel le spécialiste du menswear haut de gamme italien Caruso ou la marque de collants et lingerie autrichienne Wolford, l’idée étant de "centraliser les fonctionnalités e-commerce sur une plateforme commune, créant des synergies au sein de l'ensemble du portefeuille, tout en conservant les interfaces et les bases de données propres à chaque marque".


Une silhouette de la marque américaine de Lanvin Group - St. John

 
A noter que Lanvin Group compte déjà dans son écurie un label américain, la marque de prêt-à-porter de luxe spécialisée dans la maille St. John, dont il détient la majorité (94,6%) depuis 2017. Née en Californie en 1962, elle dénombre 47 boutiques en gestion directe et affiche un chiffre d’affaires de 74,5 millions d’euros, qui devrait doubler d’ici à 2025.

Si l’on ne tient pas en compte les ventes en ligne de St. John, les revenus issus du commerce électronique des autres marques de Lanvin Group ne représentent que 15% du chiffre d’affaires réalisé aux Etats-Unis, alors que la société espère y atteindre le seuil des 25% dans trois à cinq ans, comme le précise la PDG du groupe chinois, Joann Cheng, dans le magazine WWD.

Pour rappel, la firme a récemment annoncé un accord de rapprochement avec la société de gestion d’investissement Primavera, basée en Asie et aux Etats-Unis, qui va l’accompagner dans son introduction en Bourse via une opération la valorisant à 1,5 milliard d’euros.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com