Lanvin : une hausse des ventes attendue grâce aux liens avec la Chine

Fosun, le nouvel actionnaire chinois de Lanvin, pourrait aider la maison française à multiplier ses ventes par dix au cours des cinq à six prochaines années en lui ouvrant de nouvelles portes, d’après le président-directeur, Nicolas Druz.


Lanvin - Automne-hiver 2018 - Collection femme - Paris - © PixelFormula

Après le défilé de la dernière collection de Lanvin, Nicolas Druz a déclaré ce mercredi qu’outre l’aspect financier que Fosun allait apporter la marque, l’investisseur lui permettrait aussi d’ouvrir de nouvelles boutiques dans des lieux de prestige.

Fosun, qui possède des parts dans des entreprises de domaines variés allant du développement immobilier aux assurances, est devenu ce mois-ci l’actionnaire principal de la marque française en difficulté, fondée il y a 129 ans.

« Il y a beaucoup de synergies avec d’autres activités dans le groupe Fosun », a souligné Nicolas Druz, citant ses investissements dans le secteur numérique, alors que les groupes de luxe cherchent justement à booster leurs ventes en ligne.

D’après Nicolas Druz, Lanvin pourrait atteindre un chiffre d’affaires annuel d’au moins un milliard d’euros (1,2 milliard de dollars). En comparaison, le chiffre d’affaires actuel se situe à peine au-delà des 100 millions d’euros. Selon lui, il faudrait pour cela créer des ponts avec d’autres secteurs comme l’hôtellerie et l’équipement de la maison.

Le chiffre d’affaires de Lanvin a plongé suite au départ fracassant de son designer star Alber Elbaz en 2015. Mais même en des temps plus fastes, la maison de haute couture n’a jamais excédé un pic de 235 millions d’euros de chiffre d’affaires, selon les déclarations faites par des sources à Reuters.

La marque Lanvin était encore récemment détenue à 75 % par le groupe de la papesse de la presse taïwanaise Shaw-Lan Wang. Elle ne publie pas ses résultats financiers, mais Nicolas Druz a confirmé des pertes autour de 30 millions d’euros en 2017.

Un tournant créatif ?

Shaw-Lan Wang et l’investisseur suisse Ralph Bartel ont tous deux réinjecté de l’argent dans Lanvin suite à l’acquisition de la majorité des parts par Fosun, mais Nicolas Druz n’a pas révélé le montant de leurs investissements, expliquant que d’autres tours de table étaient déjà prévus.

Assise au premier rang du défilé Lanvin, qui se tenait à quelques encablures de la très chic place Vendôme à Paris, Shaw-Lan Wang a déclaré se réjouir de passer le relais à Fosun, qui, selon une source proche du sujet, n’avait jusqu’ici jamais investi plus de 100 millions d’euros dans une marque de mode.

« C’est un très bon groupe, jeune et dynamique », a appuyé Shaw-Lan Wang. « Ils ne sont pas du secteur de la mode, mais ils vont apprendre très vite. »

Fosun, qui possède aussi le tour opérateur français Club Med, fait partie des conglomérats chinois qui essaient de s’introduire dans le milieu fermé du luxe, toujours dominé par les firmes européennes.

On ne sait pas encore ce qu’il va advenir des équipes de direction et de création de Lanvin, dont la collection femme orchestrée par le directeur artistique Olivier Lapidus évoquait ce mardi les couleurs des LED avec des modèles orange vif ou violets.

« Le public a bien réagi, donc nous sommes confiants », a opiné Nicolas Druz, alors que la seconde collection d’Olivier Lapidus était applaudie par l’audience. « Ceci dit, un nouvel actionnaire fait (toujours) des évaluations commerciales et j’y suis moi aussi bien évidemment soumis. »

Fosun n’a pas pu être joint immédiatement pour un commentaire.

Traduit par Clémentine Martin

© Thomson Reuters 2018 All rights reserved.

Luxe - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER