Laquintane : le cocréateur de Melinda Gloss lance sa marque de mode féminine

Rémi de Laquintane officie désormais en solo. L’entrepreneur, qui a fondé en 2007 Melinda Gloss (devenu par la suite Editions M.R.) avec Mathieu de Ménonville, a quitté la marque il y a un an après avoir vendu ses parts à l’investisseur entré en 2015 au capital de la griffe, la holding Superga Fashion. Sans attendre, Rémi de Laquintane a lancé sa nouvelle griffe, Laquintane, réservée à la femme.
 

Naomi Larbi photographiée par Rémi de Laquintane - Laquintane

« Depuis dix ans, je créais pour l’homme et je voyais des femmes s’habiller dans mes magasins. Avec Laquintane, je voulais associer ce vestiaire à la femme, proposer des vêtements adaptés à son corps et qui lui donnent une allure masculine », explique le créateur.
 
Rémi de Laquintane s’occupe aussi bien du style que de l’image de sa nouvelle griffe, puisque, également photographe, c’est lui qui signe les campagnes de Laquintane. Il a rapidement intégré le showroom de l’agence M&K (celle-ci a entre autres représenté Côme et Jacquemus) qui lui a permis de décrocher des points de vente prestigieux comme le Bon Marché ou encore Beams au Japon.
 
Au total, Laquintane, qui est aussi distribuée sur le site Internet de L’Exception, revendique une dizaine de points de vente en France, 20 au Japon, trois en Chine et un en Corée. « L’idée, c’est de proposer la griffe auprès d’un petit nombre de distributeurs sélectifs et premium ». D’ailleurs, l’entrepreneur n’a pas l’intention de présenter Laquintane dans les salons, qui « ne correspondent pas à l’esprit de la marque, parce que pas suffisamment intime ».
 
Avec ses 70 références par saison, des pièces au positionnement haut de gamme (125 euros la chemise, à partir de 400 euros le manteau), la griffe fait l’éloge d’une certaine liberté. « Ma cliente est émancipée, indépendante et extrêmement moderne. Elle désire avoir une attitude ». Parmi les adeptes de la première heure, Sophie Fontanel, l’écrivaine, journaliste et influenceuse qui totalise près de 160 000 abonnés sur Instagram.
 
Pour confectionner ses créations, Rémi de Laquintane s’approvisionne en matières provenant d’Italie et du Japon, et fait produire ses collections en Europe exclusivement. Et s’il n’imagine pas collaborer avec d’autres marques pour le moment, l’entrepreneur souhaite travailler main dans la main avec des artisans, comme celui, installé à Marrakech, qui a réalisé des broderies exclusives pour sa collection printemps-été 2019.
 
« Avec Laquintane, je ne repars pas vraiment de zéro, j’ai un réseau, un savoir-faire et une méthode acquise pendant les années Melinda Gloss. Ce qui est excitant, c’est de recréer une identité, une histoire avec une certaine fraîcheur. Je n’ai pas besoin d’une grosse structure, je travaille avec des personnes en freelance pour l’instant », confie le créateur. Ce qui lui confère la liberté d’adopter un rythme de collection différent, de glisser de nouvelles pièces au gré de ses voyages et de ses inspirations.

Une souplesse qu’il entend conserver le plus longtemps possible, puisque Rémi de Laquintane ne souhaite pas voir entrer d’investisseurs au capital de sa marque. En parallèle, il s’apprête d’ores et déjà à lancer un second projet, qui devrait voir le jour en octobre, et poursuit son activité de consultant mode auprès de marques de vêtements.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER