×
Publicités

Laurence Paganini (Kaporal) prend la tête de la fédération Procos

Publié le
11 juin 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La fédération Procos pour le commerce spécialisé annonce l'élection à sa présidence de Laurence Paganini, directrice générale de Kaporal. Celle-ci prend la suite de François Feijoo, qui dirigeait entre 2013 et 2019 l'enseigne Eram.


Laurence Paganini - Kaporal


L'élection s'est tenue le 3 juin dernier à l'occasion d'une assemblée générale tenue, au regard des circonstances actuelles, par visioconférence.

A cette occasion, le conseil d'administration de Procos s'enrichit de nouveaux membres : Hubert Aubry (Groupe Eram), Jérôme Dupuy (Groupe Monoprix), Romain Toulemone (Salad&Co) et Laurent Bonnet (Fnac-Darty).

De leurs côtés, Véronique Léger (Yves Rocher), Laurent Milchior (Groupe Etam), Olivier de Malezieux (L’Oreal), Hugues Borgia (UGC), Fabrice Eghiazarian (Orange), Stephan Goenaga (Kiabi) ont été reconduits dans leurs fonctions.

Laurence Paganini prend donc la suite de François Feijoo, dont la présidence avait duré le maximum statutaire, à savoir deux mandats de deux ans. La dirigeante de Kaporal, qui a par ailleurs dirigé Marionnaud France et 3 Suisses et a occupé diverses fonctions chez Unilever et Carrefour, a été élue à l'unanimité.

Sa présidence commence dans un contexte hors norme, après une mise en suspens inédite du commerce physique face au Covid-19. Une crise qui a notamment engendré un bras de fer entre enseignes et grands bailleurs. Les fédérations d'enseignes, dont Procos, refusaient la semaine passée de signer la charte issue de la concertation voulue par Bercy sur ce sujet. Avec, comme l'expliquait à FashionNetwork le délégué général de Procos Emmanuel Le Roch, un risque d'en arriver à une lutte judiciaire de longue haleine.

"Cette nomination est un honneur pour moi mais aussi une grande responsabilité, les enjeux qui sont devant nous méritent toute notre attention et toute notre mobilisation", relève Laurence Paganini. "Compte tenu de son poids dans l’emploi local et de son importance dans le lien social, le commerce doit être pris en compte comme un secteur économique majeur".

Comme un message adressé à Bercy à l'heure où l'Alliance du commerce (grands magasins, enseignes mode et chaussures) estime que le gouvernement "a laissé tomber les enseignes" (relire notre interview).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com