×
5 885
Fashion Jobs
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Recruitment Officer, Luxury Retail
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Manager Des Ventes - Vélizy 2 H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
Publicités
Par
AFP
Publié le
19 août 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le beau "Soulier français" veut renaître de ses cendres à Romans

Par
AFP
Publié le
19 août 2015

La chaussure de luxe était presque morte à Romans-sur-Isère depuis la fermeture de l'atelier Charles Jourdan et Stéphane Kélian. Deux jeunes Parisiens ont le projet (fou ?) de le relancer, en s'appuyant sur les savoir-faire inimitables d'anciens ouvriers.


Modèle Charles Jourdan.


Romans-sur-Isère est une petite ville de la Drôme au pied du Vercors. Son abondance en eau a attiré les tanneurs et mégissiers dès le Moyen-Âge. Et c'est naturellement autour de ce travail du cuir que la ville s'est spécialisée dans la fabrication de chaussures.

Mais aujourd'hui, comme dans beaucoup d'autres secteurs en France, la mondialisation a eu raison de cette industrie. Il ne subsiste à Romans qu'un tanneur (Roux, racheté par le géant du luxe LVMH) et quelques noms de la chaussure haut de gamme comme Robert Clergerie ou Laure Bassal.

Les deux grandes marques emblématiques, Charles Jourdan et Stéphane Kélian, ont aujourd'hui complètement disparu du paysage drômois. Après plusieurs tentatives de redressement et des plans sociaux, leur dernier propriétaire, le groupe de distribution de chaussures Royer, a fermé leur atelier en février 2014.

Dans cette ancienne usine de salaison, dans une zone industrielle sans charme, Royer espérait redonner une impulsion à la chaussure de luxe made in Romans. En vain.

Un an et demi plus tard, le bruit de la machine à coudre et du marteau se fait de nouveau entendre, sous l'impulsion d'un couple de trentenaires parisiens. Lui, Xavier Porot, est ingénieur. Elle, Priscille Demanche, est une jeune créatrice. Ensemble, ils ont fondé les marques Ellips et Bichette.

« Quand on a lancé nos marques, on voulait aller vers le "Made in France ». On a cherché des usines de qualité pour produire de petites quantités en France mais on s'est fait jeter. Alors on est allé en Espagne mais, là-bas, le système inhibe la créativité. Il faut travailler avec deux semelles seulement, deux gammes de cuir... », raconte Priscille Demanche.

A main levée

Ils ont donc eu cette idée : transformer l'atelier des vénérables Charles Jourdan et Stéphane Kélian en une plate-forme pour jeunes créateurs baptisée Le Soulier français.

Depuis début août, ils proposent des services qu'on ne trouve plus en France (développement des produits, recherche de fournisseurs, logistique...) et bien sûr de la fabrication.

Au total, l'investissement se chiffre à 500.000 euros. Les deux fondateurs ont référencé des centaines de fournisseurs pour pouvoir ajuster les coûts de production. Mais ils misent surtout sur le savoir-faire exceptionnel de leur équipe.

D'où ce beau contrat : « on a repris des ouvriers de chez Jourdan et Kélian qui voulaient initialement se constituer en coopérative de production. Ils apportent leurs savoir-faire et, en échange, ont va leur céder 20 à 30 % du capital », raconte Xavier Porot.

Dans l'atelier, ils sont tous là, excités comme des gosses, avec une telle envie de (bien) faire.

Il y a Encarnation Sazio, 58 ans, au tressage. Elle a appris la technique chez Stéphane Kélian, LE grand spécialiste de la chaussure en cuir tressé, où elle est rentrée à 17 ans. Un bon tressage n'est « pas trop serré » - histoire que « ça ne fasse pas carton » - et pas trop lâche - afin « qu'on ne puisse pas passer les doigts ».

Au piquage, Boulos Bedraos impressionne par sa dextérité. Avec sa machine, il trace les coutures de la future chaussure à main levée ! Il a commencé à travailler à 8 ans au Liban, il a donc 50 d'expérience derrière lui. Des comme lui, il n'y en a pas d'autres, souligne Carlos Zorrilla, le chef d'atelier.

Igancio Zarcone, 27 ans chez Jourdan, est au montage, Gérard Perrat à la fabrication, et Christine Lebrat aux finitions.

Des créateurs, comme Fred Marzo, Gordana Dimitrijevic ou Amélie Pichard ont déjà confié tout ou partie de leur production au Soulier français. Et des grands noms du luxe ont manifesté leur intérêt, soucieux de vouloir apposer le précieux tampon Made in France sur leurs semelles.

Des pistes qui aboutiront, espère Xavier Porot, qui se voit déjà doubler la production d'ici cinq ans (à 40.000 paires par an) et embaucher plus de 40 personnes. « On était bien capitale de la chaussure passé un temps, pourquoi ne pas le redevenir ? » conclut, confiante, Encarnation Sazio.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.