×
Publicités
Auteur :
Publié le
9 juil. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Bread & Butter sous le feu des rumeurs

Auteur :
Publié le
9 juil. 2012

Le Bread & Butter a terminé vendredi son édition estivale sur un constat: les marques fidèles au rendez-vous veulent de nouveau de l’excitation. Car le salon les avait en fin de compte habitué à des changements radicaux dont le déménagement était la face visible avec Cologne, Barcelone et Berlin en dix ans à peine d’existence. "De façon générale, et c'est vrai pour tous les salons, les gens ont envie que ça bouge", souligne ainsi Jérôme Tordjmann, directeur export d'Eleven Paris.




"Après chaque déménagement, l’excitation gagnait le secteur pendant plusieurs saisons", commente ainsi Serge Aboujedid de Redskins. Et Karl-Heinz Müller, patron et cofondateur du Bread & Butter, semble être conscient d’un tournant dans l’histoire de son salon. De rendez-vous de niche, véritable alternative au géant d'alors Interjeans de Cologne, il est devenu le mastodonde aux 684 exposants et aux dizaines de milliers de visiteurs. A croire, qu'aujourd'hui, c'est le Bright qui a recréé un esprit de communauté et le Capsule une alternative.

Jürgen Müller, ancien rédacteur en chef du TextilWirtschaft, rappelle également sur son blog, qu’en grandissant, les coûts de participation au salon ont flambé et qu’un exposant de renom préféra annuler sa participation que de réduire simplement son stand. La présence de Diesel Black Gold, de Lacoste, de Guess et de Custo Barcelone au Premium ont dû lui donner raison. Que faire, alors que le marché évolue et que la conjoncture est mauvaise en Europe du Sud ?


Mavi, qui signifie bleu en turc, est au cœur du Denim Base.


Une situation telle que le Denim Base n’aura jamais eu autant d’attention pendant la conférence de presse. Karl-Heinz Müller, pragmatique, est parti du plan du hall clef du salon, version janvier 2012, et a énoncé au fur et à mesure les absents et montrer les espaces blancs qui se multipliaient. Pêle-mêle, Levi’s, Cheap Monday, Kuyichi, Denim and Supply, Free soul, Calvin Klein Jeans, Bench etc… Un Denim Base qui reflète une césure du Vieux Continent. Les absents sont souvent italiens (Replay, Energy, Miss sixty, Gas), portugais (Salsa, Tiffosi), espagnol (Custo Barcelona)….

Mais, patiemment, le patron des lieux a montré les décisions prises. "Le marché du denim est cyclique. Nous sommes encore dans le bas de la courbe côté denim du point de vue du marché. Mais, je pense qu’un haut se prépare", commente-t-il, en insistant sur le fait que Denim Base ne signifie pas Denim Hall.

De salon pour selected brands, la manifestation a ouvert ses portes à des poids lourds comme Tom Tailor ou encore à des enseignes de Vivarte, Naf Naf et Kookaï. "Le marché évolue. Demain, S. Oliver par exemple pourrait également venir sur un salon", commente un observateur.

Autre signe fort qui alimente les spéculations. La conférence de presse n’a rien dévoilé, contrairement à l’habitude, sur l’édition suivante, celle de janvier 2013 donc. Signe sans doute d’un manque de visibilité ou bien Karl-Heinz Müller a-t-il décidé de préparer une surprise, comme il nous y a habitué ces dernières saisons ? La presse allemande glisse dans ses papiers un possible déménagement pour l’été 2013. Et Istanbul revient à la une des rumeurs. Dans le secteur, les spécialistes se rappellent de rumeurs persistantes à l’époque d’un déménagement à Istanbul au lieu de Barcelone avec un nom tout trouvé: BBB pour Bread & Butter Bosphorus.

Réponse sans doute le 15 janvier, veille du lancement de la prochaine édition. En attendant, l'ambiance à Berlin entre les différents organisateurs semble électrique. Et Karl-Heinz Müller de souligner qu'en coulisses l'ambiance est "sale".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com

Tags :
Mode
denim
Salons