×
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 oct. 2008
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Britannique BHS serait prêt à voler au secours de l'Islandais Baugur

Par
AFP
Publié le
12 oct. 2008

Le Britannique Philip Green, qui détient les groupes de distribution BHS et Topshop, est prêt à investir 2 milliards de livres (2,5 milliards d'euros) pour sauver le groupe de distribution islandais Baugur, en difficulté après la chute des banques du pays, selon le Financial Times de samedi 11 octobre.


Le milliardaire britannique Philip Green

Sir Philip a indiqué au quotidien qu'il était en discussion avec le président de Baugur, Jon Asgeir Johannesson, ainsi que son directeur général, Gunnar Sigurdsson, en vue du rachat des actifs de Baugur gelés dans les banques islandaises qui viennent d'être nationalisées et dont le montant serait compris entre 1 et 2 milliards de livres.

"L'ensemble des actifs a été gelé... Je ne veux voir aucune de ces activités s'effondrer, Jon non plus, Gunnar non plus", a indiqué Sir Philip au FT.

Baugur est présent au Royaume-Uni par l'intermédiaire du groupe de distribution House of Fraser.

Selon le journal, Philip Green est arrivé vendredi matin à Reykjavik en vue des négociations avec les dirigeants de Baugur. Ces derniers précisent que le groupe n'est pas à vendre. L'ampleur des sommes qui seraient injectées par Sir Philip le placerait cependant dans une position favorable en vue d'un rachat, précise le FT.

Sir Philip aurait suffisamment de liquidités pour investir dans Baugur sans trop devoir s'endetter après avoir empoché en 2005 des dividendes de 1,2 milliard de livres de la part de BHS, selon le FT.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.