×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
3 févr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le British Fashion Council lance un fonds d’investissement avec une société de capital-risque

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
3 févr. 2022

Le British Fashion Council (BFC), l'organe de représentation de la mode britannique, annonce un partenariat avec la société de capital-risque Venrex, portant sur un fonds destiné à soutenir les marques de mode non conventionnelles à des stades précoces de leur développement. Il portera le nom de Venrex BFC Fashion I.


Vollebak est l’une des premières marques à bénéficier de ce nouveau soutien financier - DR


Ce projet a pour but "d’accompagner la croissance de l’écosystème commercial du secteur de la mode".

Le nouveau fonds d’investissement va utiliser "le réseau du BFC, son pouvoir de négociation et son accès aux talents créatifs ainsi que la longue expérience de Venrex dans l’identification d’activités porteuses".

Le financement en lui-même sera assuré par Venrex. Du point de vue du BFC, "ce partenariat servira à diversifier [ses] sources de revenus". En effet, l’organisme va "percevoir des honoraires et des commissions, qui seront réinvestis dans la formation et les programmes de détection de talents dans la mode, puisqu'[il est] une association à but non lucratif".

Le fonds Venrex BFC Fashion I finance déjà trois entreprises: Intimately, Vollebak et Digital Village.

Intimately est une marque de lingerie destinée aux femmes en situation de handicap. Les soutiens-gorge, sous-vêtements et pyjamas ont été dotés de fermetures innovantes leur permettant de s’habiller facilement.

Vollebak, pour sa part, "incarne l’avenir du vêtement, utilisant la science et la technologie pour relever les défis actuels les plus importants: le changement climatique et l’écoresponsabilité, mais aussi le voyage spatial et la résistance aux maladies". Deux fois lauréate du prix Time Best Inventions, la marque propose des vestes à batterie solaire capables de stocker et de rediffuser la lumière du soleil, ainsi que des t-shirts qui se transforment en aliment pour vers lorsqu’ils se bio-dégradent, et même des vêtements censés résister au climat martien.

Digital Village MMO Metaverse, ou DV,"redéfinit la construction de la société et la façon dont nous interagissons avec internet en tant que communauté". La société se propose de "devenir un écosystème accueillant permettant à tout le monde de créer en Web3 et d’intégrer ses actifs digitaux et son style de vie physique de manière fluide et éthique au métavers. Cet écosystème inclusif et diversifié permettra à ses membres de montrer, de porter, d’utiliser et d’échanger leurs actifs digitaux avec leurs communautés".

Mark Esiri, associé chez Venrex, déclare: "Notre expérience en tant qu’investisseur dans des marques comme Orlebar Brown, ME + EM et Charlotte Tilbury, et dans des technologies et des plateformes comme Lyst et Knitregen, nous montre que le secteur créatif britannique et ses entrepreneurs sont de niveau mondial. Mais toutes les start-up de mode ne sont pas forcément adaptées aux business models à forte croissance de l’univers du capital-risque, et ce fonds va venir compléter le mentorat déjà apporté par le BFC aux talentueux acteurs de l’industrie britannique. C’est une excellente occasion pour les investisseurs de façonner les marques de l’avenir et les prochaines pépites du marché de demain."

Stephanie Phair, la présidente du BFC, ajoute: "Nous sentons que nous avons la possibilité d’aider à construire un écosystème bouillonnant soutenant les activités à la croisée de la créativité, de l’innovation et du commerce. Le marché de la mode est actuellement en train de changer drastiquement. Le BFC est face à une réelle opportunité d’accompagner des entreprises qui deviendront pérennes, avec des modèles d’activité différents et disruptifs, en partenariat avec un fonds possédant une compréhension unique de cet industrie complexe. C’est un fonds qui a un but: celui de réinvestir une partie du financement dans le formidable circuit de talents pour lequel notre pays est reconnu."

En 2019 déjà, le sujet du financement des jeunes labels créatifs et innovants avait été discuté lors d'une table ronde avec des investisseurs co-organisée par le BFC. Lors de l’événement, les différentes parties prenantes en étaient arrivées à la conclusion qu’il existe "de nombreux modèles de financement pour différents types d’activités et qu’il y a de nombreuses façons de faire prospérer les entreprises. Les activités très créatives ne doivent pas forcément être orientées vers une croissance trop rapide, mais peuvent bénéficier de programmes de détection de talents".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com