×
5 822
Fashion Jobs
GROUPE PRINTEMPS
Contrôleur de Gestion Digital / Senior Business Analyst H/F
CDI · PARIS
TEXEUROP
Acheteur(se) / Chargé(e)e de Portefeuilles Clients
CDI · WAMBRECHIES
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Recrutement et Mobilité Fonctions Support H/F
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Directeur Régional Citadium H/F
CDI · PARIS
DIRAMODE PIMKIE
Juriste Droit Des Affaires H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
DIRAMODE PIMKIE
Juriste Droit Des Affaires H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Marseille (13) H/F
CDI · MARSEILLE
ROUGEGORGE LINGERIE
Gestionnaire Acheteur(Euse) H/F
CDI · WASQUEHAL
JD SPORTS
Responsable Marketing Senior H/F
CDI · PARIS
BA&SH
Responsable Coordination Visual Merchandising France et International f/h
CDI · PARIS
LOUISE MISHA
Gestionnaire de Production
CDI · PARIS
A LA SOURCE...
Directeur Regional - Region Centre (H/F)
CDI · CLERMONT-FERRAND
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Regional - Est H/F
CDI · NANCY
CHLOE STORA
Responsable Marketing Digital / Communication
CDI · PARIS
GROUPE IKKS
Contrôleur de Gestion Retail (H/F) - CDI
CDI · SÈVREMOINE
NATALYS
Acheteur(Euse) H/F
CDI · MONTREUIL
SWAROVSKI
CDI - Responsable Marketing France B2B (H/F) - Paris
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE
Responsable Relation Client et Marketing H/F
CDI · DIJON
CAMAÏEU
Juriste Immobilier H/F
CDI · ROUBAIX
HERMES FEMME
Chef de Projet Moa Supply Chain - H/F
CDI · PANTIN
BONPOINT
Chef de Produit Développement Soin f/h
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
12 avr. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Burkina Faso renonce au coton transgénique

Par
AFP
Publié le
12 avr. 2016

Seul pays d'Afrique de l'Ouest à s'être lancé dans l'agriculture biotechnologique au début des années 2000, le Burkina Faso a fait un virage à 180 degrés en annonçant renoncer au coton transgénique.



Quelque 4 millions des 19 millions de Burkinabés vivent directement ou indirectement de l'« or blanc », principal produit d'exportation et première source de devises du pays depuis la colonisation avant d'être détrôné par l'or en 2009.

Considéré comme un laboratoire pour le continent, le Burkina a jeté l'éponge la semaine dernière - au moins provisoirement - en assurant que le coton génétiquement modifié (CGM) n'était pas rentable.

« La fibre de coton que nous produisons aujourd'hui est devenue courte », et donc plus difficile à filer, « ce qui signifie que sur le marché c'est une activité qui n'est plus très intéressante pour nous », a expliqué le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. « Le gouvernement a pris des dispositions pour stabiliser la filière » et injecté de l'argent pour aider les producteurs, a-t-il ajouté.

L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a décidé d'aller « vers le 100 % conventionnel », a confirmé le 5 avril Wilfried Yaméogo, directeur de la principale société cotonnière du pays, la Sofitex.

« C'est une bataille de gagnée », s'est félicité Christian Legay du Conseil national de l'agroalimentaire biologique qui regroupe des associations de consommateurs et d'agriculteurs et milite pour un moratoire de 5-10 ans sur les OGM au Burkina.

Toutefois, ce sont des raisons de rentabilité qui ont poussé au renoncement. Autrefois très apprécié sur le marché mondial pour sa pureté et la longueur de sa fibre, le coton burkinabè a décliné.
Cela a fait perdre son label au coton burkinabè, occasionnant des pertes évaluées à 48,3 milliards de FCFA (70 millions d'euros) pour la période 2011-2016.

Il y a quinze 15 ans, le coton CGM avait généré d'immenses espoirs. On parlait alors de résistance à la sécheresse dans ce pays sahélien et d'éradication des parasites, notamment des chenilles « hélicoverpa armigera » qui ont ruiné des milliers de paysans en 1991, 1996 et 2000.

On promettait aussi une réduction du nombre de traitements phytosanitaires (pesticides) et de meilleurs rendements, avec une augmentation de 50 % à 90 % de la production.

En 2003, le Burkina avait accordé des autorisations d'expérimentation à Monsanto et à la multinationale suisse Syngenta. En 2007, le pays a lancé la production à grande échelle du coton transgénique et, à partir de 2009, les autorités ont ordonné aux paysans d'en ensemencer jusqu'à 80 % de leur production, permettant une réduction du temps et de la pénibilité au travail.

« Avec le coton CGM on a deux traitements, avec le conventionnel on en a six. Les traitements, ça fatigue », témoigne Célestin Dala, cotonculteur dans le Nayala (Ouest).

Recul tactique

Toutefois, Célestin Dala, comme les sociétés cotonnières, souligne qu'il n'y a pas eu d'augmentation des rendements.

Des chercheurs, leaders politiques ou de la société civile s'étaient montrés critiques dès le lancement. « Le principe de précaution n'a pas été respecté », affirme Jean-Didier Zongo, généticien à l'Université de Ouagadougou, accusant Monsanto de pratiques « criminelles » et d'avoir fourni des variétés insuffisamment testées. Le président burkinabè a toutefois confié que le pays « poursuivait les discussions avec Monsanto ».

Certains espèrent des dédommagements du géant américain qui parie sur une nouvelle variété de coton biotechnologique pour la campagne 2020-2021. « Ce que nous réclamons à Monsanto, c'est la correction technique de sa variété, de manière à ce que nous puissions aller sur le marché avec de la fibre conforme aux exigences », affirme Wilfried Yaméogo.

Georges Yaméogo, conseiller technique à la Sofitex, assure qu'« il n'y a pas de rupture" avec Monsanto. « Si dans trois, quatre ou cinq ans, ils trouvent une solution, il n'y a pas de raison qu'on ne reparte pas vers les OGM. C'est un recul tactique, pas un rejet total des OGM. »

Pour Christian Legay, « les inquiétudes, ce sont les expérimentations en cours sur les céréales, notamment le maïs, le sorgho et le nimbé, avec Monsanto ». Mais, souligne-t-il, la renonciation du Burkina au CGM est un « bon avertissement pour les autres pays d'Afrique qui étaient tentés ou incités par le gouvernement américain et courtisés par les firmes d'agrobusiness ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.