Le cartable fait lui aussi sa rentrée

Ce lundi 3 septembre, 12,4 millions d’élèves prennent ou reprennent le chemin de l’école. Pour cette rentrée scolaire 2018, les parents ont dépensé environ 492 euros en moyenne par enfant, explique le baromètre « Approuvé par les familles »*. Ce budget est dominé par les dépenses dédiées aux activités extrascolaires, en moyenne 203 euros, suivies par celles consacrées à l’habillement, environ 103 euros. Quant à l’accessoire indispensable de la rentrée, le cartable, les foyers français auront dépensé en moyenne 41 euros. Un achat qui s’effectue plus de la moitié du temps en grande surface.


Cartable La reine des neiges vendue chez Carrefour environ 38 euros - DR

Pour capter les familles, Carrefour joue donc la carte de l’accessibilité. Sur son site Internet, le distributeur indique en effet qu’il propose des cartables légers pour les plus jeunes à partir de 3,50 euros et des sacs à dos pour les lycéens à partir de 9,90 euros. L’offre pour sa part table sur des valeurs sûres : les héros de Disney comme La Reine des Neiges, les Marvel ou encore l’univers du football, effet Coupe du monde oblige.


Cartable de la marque Jojo Factory - DR

Pour les marques de l’univers de l’enfant au positionnement plutôt premium, exit les supers héros et les couleurs vives. Chez la griffe française de homewear enfant Moumout’, les sacs à dos et cartables (69 euros) se parent de motifs graphiques et de couleurs douces comme le gris et le rose poudré. Un parti pris qu’on retrouve chez Jojo Factory, une jeune marque française de sacs pour enfants dont les cartables d’écoliers (58 euros) et sacs à dos aux tonalités moutarde, ivoire ou bleu indigo se parent de renards ou d’ours polaires, un animal que l’on retrouve d’ailleurs également chez Moumout’.


Le cartable renard chez Samsonite - DR

Car les animaux ont le vent en poupe. Avec sa gamme « Sammies », la marque de bagagerie Samsonite propose des cartables, sacs à dos et trousses ornés de têtes d’animaux comme les très tendances licornes ou renards (de 19 à 39 euros). Queue de renard (décidément) ou perroquet ornent également les cartables de la marque belge haut de gamme (en moyenne 100 euros) Jeune Premier. Dans un autre registre encore plus haut de gamme, dans son fameux tartan, la griffe anglaise Burberry propose un cartable orné d’une tête de monstre (550 euros).


Burberry et son cartable monstre - DR

Au milieu de cette offre aussi pléthorique qu’éclectique, un acteur historique du cartable revendique la place de leader. Tann’s, repris en 2014 par le fonds H2O, aurait ainsi écoulé 180 000 cartables l'année passée pour un chiffre d’affaires de 5 millions d'euros. Un résultat encore loin de ses années fastes, comme 1985, où Tann’s vendait 500 000 pièces, mais qui souligne peut-être le besoin de réassurance croissant qu’ont les parents lorsqu'il s'agit de dépenses concernant leurs enfants.


Le cartable Tann's se pare de Liberty - DR

« C’est le cartable que j’ai choisi pour mon fils car c’est celui de mon enfance, avec une réputation de qualité. Et puis en primaire ce n’est pas comme au collège, ce sont encore les parents qui décident », explique la maman de Jules, six ans, qui rentrera lui en CP, son Tann's sur les épaules.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER