×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
29 avr. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le chiffre d'affaires d'Unibail-Rodamco s'effondre au 1er trimestre avec le coronavirus

Par
Reuters
Publié le
29 avr. 2021

Unibail-Rodamco-Westfield (URW) a annoncé mercredi une chute de 42,8% de son chiffre d’affaires au premier trimestre en raison de la fermeture de nombre de ses centres commerciaux avec la crise du coronavirus, qui devrait continuer de peser sur ses activités et empêche le groupe d’immobilier commercial de fournir des prévisions annuelles.


Photo d'archives / Reuters / Peter Nicholls


Essentiellement présent en Europe et aux Etats-Unis, où les confinements n’ont été instaurés que vers la fin du mois de mars l’an dernier face à la première vague de l’épidémie, URW dit n’avoir connu au premier trimestre de cette année aucune journée d’activité sans restrictions d’accueil imposées par les autorités, contre 70 sur la même période de 2020.

Ses centres commerciaux ont été fermés en moyenne 42 jours au cours des trois premiers mois de l’année, contre 13 au premier trimestre 2020, et la fréquentation a chuté de 58% par rapport à 2019 en Europe et de 41% aux Etats-Unis.

Le chiffre d’affaires du groupe, qui exploite également des centres de conférence eux aussi frappés de restrictions, a en conséquence chuté à 452,2 millions d’euros contre un peu plus de 790 millions il y a un an.

“La performance du groupe au cours du trimestre a été fortement impactée (par la pandémie de Covid-19) et nous anticipons le fait que 2021 restera très difficile avec des restrictions plus dures et plus longues impactant le groupe au-delà du premier trimestre”, a dit le nouveau président du directoire, Jean-Paul Tritant, nommé en début d’année dans la foulée de la victoire des hommes d’affaires Xavier Niel et Léon Bressler face à la direction sortante.

Unibail-Rodamco-Westfield a précisé qu’au 31 mars, 57% de ses centres étaient encore fermés au moins partiellement. Cette proportion était à peine descendue à 51% ce mercredi malgré la levée progressive des restrictions dans certains pays.

Face à ses difficultés et à un endettement élevé, le groupe franco-néerlandais avait déjà annoncé en février la suspension de son dividende sur la période 2020-2022 et exprimé sa volonté de réduire sa présence aux Etats-Unis et de réaliser des cessions d’actifs en Europe.

Il a annoncé mercredi la vente d’une participation de 45% dans un centre commercial à Vienne et la cession totale progressive, d’ici 2024, d’un autre centre à Bratislava. Ces deux opérations doivent lui permettre de réaliser 1,35 milliard d’euros de cessions sur un programme de quatre milliards en Europe.

Bertrand Boucey, édité par Marc Angrand

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.

Tags :
Distribution