×
Publié le
5 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le commerce spécialisé en forme en avril, mais inquiet pour l'avenir

Publié le
5 mai 2022

Bien que le bilan du mois d'avril soit satisfaisant, le secteur du commerce spécialisé (mode, sport, beauté, loisir…) en France exprime "l'incertitude extrême" qui pèse sur le reste de l'année, par la voix de Procos (fédération pour la commerce spécialisé). Le mois dernier, les enseignes ont vu leur activité en magasin progresser de 1,6% par rapport à la même période en 2019. Si l'on cumule ventes physiques et en ligne, il s'agit même d'une hausse de 5,7% comparé à la référence d'avant-crise.


Shutterstock


La fédération tempère cette embellie en rappelant que le mois d'avril comptait un samedi de plus qu'en 2019. Mais également que la date de Pâques était différente, et a notamment bénéficié cette année aux acteurs de l'alimentaire spécialisé.

Si l'on se concentre sur les différents secteurs, il ressort que les chaînes d'habillement ont vu leurs ventes en boutique augmenter de 1,8% par rapport à 2019, "avec une météo favorable et, enfin, le retour de l’envie des Français de s'habiller avec la reprise d’une vie sociale et d’une mobilité plus normales", décrit Procos. L'équipement de la maison est toujours en forme (+8,1%), tandis que la beauté-santé (-7,8%), la chaussure (-4,2%), les jouets-jeux-cadeaux (- 2,9%) peinent à retrouver leurs standards pré-pandémiques.

Toujours en berne, la fréquentation des points de vente en avril s'est affichée en chute de 20% comparé à 2019. Concernant le web, le chiffre d'affaires réalisé par les enseignes le mois dernier s'avère en repli de 38% comparé à 2021, un mois où le commerce physique avait dû baisser le rideau en raison du troisième confinement.

Le bilan des quatre premiers mois de l'année fait état d'une chute d'activité de 9% en magasin et 3,2% en cumul du physique et du web par rapport à la même période il y a trois ans. Et ce malgré un bond des ventes en ligne de 80% entre 2019 et 2022 pour les chaînes spécialisées. "Encore une preuve, si nécessaire, de l'importance vitale et durable des réseaux de points de vente dans le modèle global du commerce de détail et des enseignes", insiste Procos.

Les enseignes "bénéficient de paniers moyens plus élevés de consommateurs qui se déplacent moins souvent mais achètent davantage, pour l’instant", évoque la fédération, qui se montre très prudente pour les mois à venir, décrivant des "perspectives nuageuses". Les raisons? Des coûts d'exploitation en forte hausse (énergie, approvisionnement…), et la pression qui s'opère sur le pouvoir d'achat des consommateurs, amenés à faire des arbitrages.

"Le nouveau gouvernement va devoir se préoccuper rapidement des risques que cette situation génère sur le secteur du commerce et l’ensemble de ses acteurs, en particulier non alimentaires" avertit Procos, qui espère qu'un ministre de plein exercice dédié au commerce soit nommé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com