×
Publicités
Publié le
14 avr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le concours Talents revient pour une sixième édition

Publié le
14 avr. 2022

Ils sont actuellement cinq labels à bénéficier de l'accompagnement "Talents" de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. Salut Beauté, Mouty, Martin Martin, Mapoésie et Maison Lemoine ont été sélectionnés au printemps 2021 pour bénéficier des conseils et de l'encadrement de coachs tout au long du programme annuel. Et l'appel à candidatures pour la promotion 2022-2023, qui débutera en septembre, est lancé.


Shutterstock


Au total, depuis cinq ans, vingt-cinq sociétés françaises ont suivi ce programme. "En général, nous avons une cinquantaine de candidatures et nous en retenons une dizaine qui doivent présenter leur modèle et ce qu'ils attendent du programme devant le jury de sélection", explique Priscilla Jokhoo, directrice du service entreprises au sein de la fédération. "Depuis deux ans, ce sont les anciens lauréats qui sélectionnent les marques. Ils sont passés par là et savent la pression que cela représente. Ils ont une approche bienveillante. Le comité sélectionne au final cinq entreprises. Ce que nous regardons, c'est ce que peut leur apporter le programme. La complémentarité des candidatures et leur capacité à s'insérer dans un programme collectif."

Car le programme Talents a la particularité d'être collectif, avec des participants partageant leur expérience et leurs défis, mais disposant d'un accompagnement sur mesure selon leurs besoins. Quelque 140 experts peuvent intervenir pour apporter un éclairage adapté aux problématiques de chacun. En outre, toutes les sociétés accompagnées vont être confrontées à l'analyse financière et organisationnelle de deux accompagnateurs clés et expérimentés qui sont actuellement Francis Varesano, sur le développement, et Anne-Laure Bourout, sur la partie financière et administrative.

"Nous sommes dans le secteur depuis longtemps et nous avons rencontré beaucoup de créateurs et accompagné de nombreuses marques. Cela nous permet de savoir que c'est une alchimie qui fait que cela fonctionne pour une marque. Chaque marque à sa propre formule. Les marques que l'on accompagne ont toutes un profil différent, des maturités distinctes. En fait, elles candidatent quand elles sentent qu'elles ont atteint un plafond et qu'elles viennent demander une aide. Certaines, c'est dès le début, d'autres quand elles atteignent 3 millions d'euros". Une diversité de tailles, d'origines géographiques et de business models qui apporte une émulation aux promotions. 

"En réalité, nous avions des devoirs à réaliser d'une séance à l'autre. Après un diagnostic complet, nous avons revu ou mis sur pied plein de choses, explique Myriam Aïlo, directrice générale de la marque de prêt-à-porter Avnier qui a fait partie de la promotion 2019-2020. La société a été créée en 2014 (par le chanteur OrelSan et Sébastian Strappazzon, ndlr) et nous sommes entrés dans ce programme en 2019. Cela permet d'avoir une vision, de savoir à qui on veut s'adresser. Nous avons créé notre plateforme de marque, élaboré le plan d'actions commerciales, revu notre outil pour calculer la rentabilité qui était catastrophique à l'époque, identifié les responsabilités de chacun et optimisé la production, et pour cela nous avons eu un coaching en création et production. Mais cela nécessite de jouer le jeu, d'y consacrer du temps."

Toutes les marques du programme ne sont pas actives aujourd'hui, souvent par choix de leurs fondateurs d'emprunter un autre chemin que celui de l'entrepreneuriat. Celles qui sont encore sur le marché affichent, selon les anciens coachs, des ventes en croissance et voient leur potentiel grandir.

"Il faut noter que la période Covid n'a pas eu que des effets négatifs. Pour les marques, l'un des points cruciaux est le besoin en fonds de roulement, souligne Anne-Laure Bourout. Avec les PGE, qui étaient initialement conçus pour dépasser le cap de la crise, cela a permis d'avoir cet apport financier que beaucoup de marques n'avaient pas auparavant. Les PGE ont été structurellement très importants".

Après neuf mois d'accompagnement, les entreprises continuent à déployer les stratégies amorcées durant la phase d'accompagnement. "On ne s'est pas sentis lâchés dans le grand bain, assure Myriam Aïlo. Nous avons gardé le contact avec les intervenants et, à la fédération, les personnes restaient disponibles. Surtout, nous avons vu progressivement les actions se mettre en place. Et nous récoltons aujourd'hui les fruits des ces travaux."

La directrice générale s'est d'ailleurs prise au jeu. Elle fait à présent partie du panel d'intervenants qui vont conseiller la nouvelle promotion de Talents. Les candidats ont jusqu'au 6 juin pour postuler. S'ils sont présélectionnés, ils pourront défendre leur projet lors d'un grand oral le 1 juillet. Les candidats doivent toutefois répondre à cinq critères: leur entreprise doit porter sur une marque française de prêt-à-porter féminin ou mixte réalisant au moins 50.000 euros de chiffre d'affaires, avec un aspect créatif fort et en demande de soutien. Elle doit également être à jour de sa cotisation Defi. L'organisme, dont l'une des mission est notamment d'accélérer la croissance des entreprises et de la filière, participe largement au financement du projet.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com