×
Publicités
Publié le
11 sept. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le Coq Sportif affiche ses ambitions dans le footwear

Publié le
11 sept. 2020

Au début du mois de septembre, Le Coq Sportif a dévoilé sa première gamme de sneakers réalisées à partir de matière végétale, le raisin, ou plus précisément à partir de ses résidus non-utilisés après qu’il a été pressé pour produire le vin ou la grappa.


La Nérée l'un des modèles du Coq Sportif fabriqué à partir de résidus de raison non-utilisés. - Le Coq Sportif


Avec cette première collection déclinée aujourd’hui en deux modèles Le Coq Sportif propose à la fois une alternative au cuir animal mais aussi un produit permettant la traçabilité et les circuits courts : les résidus de raisin viennent de la région de Milan en Italie et les sneakers sont fabriquées près de Porto au Portugal. "Le lancement de cette gamme ne signifie pas que nous allons arrêter les sneakers en cuir, mais plutôt que nous allons envisager son utilisation d’une façon plus raisonnée", explique Sébastien Dahan, le directeur footwear du Coq Sportif.
 
Produire de façon plus raisonnée, plus locale, faire renaître les savoir-faire sur le sol hexagonal, c’est ce à quoi s’attèle depuis plus de 10 ans la marque de sport née en 1882. Pour l'offre textile, ce vaste chantier a débuté dès 2010 avec le réinvestissement du site historique de Romilly-Sur-Seine et le rapprochement avec des partenaires locaux comme Aube Tricotage ou France Teinture.

Aujourd’hui l’intégralité des gammes textiles du Coq Sportif sont fabriquées en France, en Europe ou au plus loin dans le bassin méditerranéen.  Et en remportant en mars dernier le marché des tenues des sportifs français aux Jeux olympiques de Paris-2024 (hors compétitions) Le Coq Sportif souhaiterait agrandir dès la fin 2022 son site de Romilly et embaucher une centaine de personnes supplémentaires.

Le Coq Sportif affiche également ses ambitions en matière de footwear. Aujourd’hui la marque produit chaque année près de trois millions de paires de baskets. 30.000 à 40.000 paires sont fabriquées en France sur les sites de la Compagnie Française de la Chaussure (ex-CVC) et sur celui de la Manufacture près d’Angers, et 200.000 le sont au Portugal, un pays avec lequel Le Coq travaille côté footwear depuis seulement trois ans. Le ratio restant est donc produit en Thaïlande au sein de l’usine du partenaire historique du Coq Sportif.

A terme la marque envisage de produire 1,5 million de paires en Europe. "Cela demande de repenser la construction de chaque produit puisque dans son histoire qui est récente la sneaker a toujours été fabriquée dans les pays asiatiques", rappelle David Pécard directeur technique du Coq Sportif.

En 2019 Le Coq Sportif, dont l’actionnaire majoritaire est la société suisse Airesis, a enregistré un chiffre d’affaires de 132 millions d’euros en hausse de 6,9 %. La griffe qui tablait sur 140 millions de ventes sur 2020 a finalement revu, crise sanitaire mondiale oblige, ses prévisions à la baisse.

"Nous devrions finir l’année sur un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros. Nous sommes particulièrement pénalisés par les ventes de nos boutiques parisiennes mais également celles de l’Amérique Latine", détaille Marc-Henri Beausire le PDG du Coq Sportif. Également PDG du fonds Airesis, Marc-Henri Beausire explique que pour lui la crise du coronavirus, passée cette période de fortes turbulences, va changer de façon durable et pour le mieux la façon de travailler.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com